Jeudi 14 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Bientôt des VM Linux sur Windows Azure

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 09/01/2012 - indexel.net
 
Bientot-VM-Linux-sur-Windows-Azure

Pour répondre aux demandes de ses clients, Microsoft ajoute la persistance à ses machines virtuelles et propose d’héberger des machines virtuelles Linux. Ces deux options seront disponibles en test fin mars.

 

Des machines virtuelles Windows et Linux persistantes sur Windows Azure ? Selon Mary-Jo Foley, notre confrère de Zdnet.com particulièrement bien introduite chez l'éditeur de Redmond, c'est ce que Microsoft s'apprête à proposer à ses clients d'ici fin mars. L'éditeur s'alignera ainsi sur l'offre d'Amazon, Elastic Cloud 2 (EC2), qui propose déjà ces fonctionnalités.

La persistance est une fonction clé pour les entreprises qui souhaitent migrer une partie de leur infrastructure sur un nuage informatique (cloud computing). A l'heure actuelle, la plupart des offres de machine virtuelle (VM) hébergée écrase l'état de la VM lorsqu'elle est redémarrée. L'entreprise perd alors l'ensemble des données et des paramètres associés. Une version Community Technology Preview (CTP) de cette nouvelle fonctionnalité baptisée « VM Role » sera disponible d'ici fin mars et commercialisée avant la fin de l'année. Les entreprises utilisatrices de Windows Azure pourront alors créer des machines virtuelles permanentes, utilisables sur une longue période, sans perte d'état, comme elles le font dans leurs propres salles informatiques.

Le support de Linux - omniprésent dans les centres informatiques où il équipe 63,7% des serveurs (notre article) - est également une avancée importante. La plupart des entreprises sont en effet contraintes d'utiliser plusieurs systèmes d'exploitation serveurs pour faire fonctionner l'ensemble de leurs applications métier. Or, la majorité d'entre elles ne souhaite pas devoir gérer deux nuages informatiques et deux prestataires différents. D'une part parce qu'elles perdent en volume de négociation et d'autre part parce que deux hébergements distincts complexifient l'intégration entre les différentes applications métier.

C'est certainement pour répondre à cette attente que Microsoft aurait décidé de supporter Linux. Pris en tenaille entre les besoins de ses clients et sa stratégie, l'éditeur se contentera cependant du strict minimum à court terme. Les utilisateurs devront déployer leurs propres images Linux et les maintenir à leurs frais, Microsoft ne proposant aucun support technique.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages