Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Citrix veut accélérer la virtualisation des postes de travail

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 26/05/2010 - indexel.net
 
Citrix-accelere-virtualisation-postes-travail

À l'occasion de la conférence Synergy 2010, Citrix a dévoilé sa stratégie pour virtualiser les postes de travail et développer l'usage du cloud computing en entreprise.

 

"La virtualisation du poste de travail est LA tendance de 2010 !" estimait récemment Wes Wasson, le directeur marketing de Citrix, lors de sa grand' messe annuelle – Synergy 2010 – qui s'est déroulée la semaine dernière à San Francisco. Après des débuts difficiles, les entreprises vont donc passer à l'action. Et Citrix compte les y aider. L'éditeur a présenté XenClient 1.0, première version d'un hyperviseur qui permet d'installer plusieurs machines virtuelles sur un seul poste client physique.

Citrix s'est également associé à Wyse qui fabrique le Xenith, un client-léger "zéro administration" spécialement conçu pour les technologies de l'éditeur. Le Xenith ne contient pas de système d'exploitation, il démarre directement sur une instance XenDesktop du serveur. Pour accélérer les échanges d'informations, il s'appuie sur la technologie HDX de Citrix, un protocole trois fois plus rapide que le protocole précédemment utilisé par l'éditeur. Au final, le Xenith consomme très peu d'énergie et ne coûte quasiment rien en administration. De quoi tenter les responsables informatiques !

Citrix a également mis à jour XenServer. Gratuite, la version 5.6 Free de son hyperviseur pour serveur gère plus de mémoire hôte et de ressources processeur. Elle est complétée par la nouvelle édition 5.6 Advanced qui ajoute des fonctionnalités de haute disponibilité et de reporting. Encore plus aboutie, la version 5.6 Enterprise ajoute l'équilibrage de charge dynamique et des avancées en termes de virtualisation du stockage de données. Enfin, l'édition 5.6 Platinum automatise certaines fonctionnalités d'administration pour réduire son coût. La nouvelle technologie SiteRecovery gère par exemple automatiquement la reprise sur incident, à partir d'une console unique. Les tarifs varient de 1 000 dollars par serveur (Advanced ) à 2 500 dollars (Enterprise) et 5 000 dollars (Platinum) par serveur.

Évidemment, l'éditeur positionne ses hyperviseurs serveurs et desktop (VDI) comme les briques de base d'une infrastructure cloud computing. Pour accélérer le mouvement vers le "nuage informatique", Citrix propose aux entreprises une gamme de sept "solutions" allant de la migration du datacenter vers le nuage (On-Boarding) au développement d'applications à la demande (Development and Test), en passant par la reprise sur incident (Disaster Recovery) et le respect des contraintes réglementaires de traçabilité (Compliance). Les trois dernières solutions – On-Demand Applications, On-Demand Desktops, On-Demand Demos – visent à basculer plus facilement les applications client et le poste de travail des utilisateurs vers une infrastructure en mode cloud computing.

Nul doute qu'avec un tel outillage, l'éditeur devrait susciter chez les décideurs informatiques des envies de basculer vers le cloud computing mais essentiellement privé. Une récente étude (notre article : Cloud computing : les réticences des entreprises françaises) montre que 65 % des entreprises n'envisagent pas de migrer vers une architecture de type cloud computing public. Les décideurs craignent en effet la divulgation d'informations sensibles en cas d'erreur de manipulation ou de piratage.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages