Mercredi 18 octobre 2017
NASDAQ : 6623.6567 0.3477   nasdaq0.01 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Cloud computing : enfin une définition de référence

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Antoine Robin le 27/03/2013 - indexel.net
 
Cloud-reference

Le Cigref propose des critères objectifs pour identifier et classer les nuages informatiques. Une approche indispensable pour pouvoir comparer les solutions des fournisseurs entre elles.

 

Selon le Club informatique des grandes entreprises françaises (Cigref), le cloud computing (notre dossier) est « un élément clé de la transformation numérique des entreprises». Reste qu'il existe « autant de définitions que de fournisseurs » constate Frédéric Lau, directeur de mission au Cigref. Cette situation est devenue invivable pour les entreprises utilisatrices car elle conduit à des incompréhensions dans les échanges avec les fournisseurs, retarde la mise en œuvre des projets, et interdit toute comparaison entre des solutions censées résoudre le même problème.

Pour mettre tout le monde d'accord, le Cigref vient de publier un rapport intitulé « Fondamentaux du Cloud Computing, le point de vue des grandes entreprises » dans lequel il donne sa définition des nuages numériques. L'apport principal de ce document, est « la clarté et une grille de décryptage commune des offres à toutes les entreprises » résume Frédéric Lau.

Quatre propriétés pour identifier un nuage informatique

Jusqu'à présent, le Cigref définissait le cloud computing comme « une nouvelle manière pour les entreprises d'acheter et de consommer des services liés aux systèmes d'information dans le monde au travers du réseau internet ». Pour être plus explicite, le groupe de travail a identifié quatre propriétés qui permettent d'identifier et de définir un nuage informatique :

1. Un cloud est toujours un espace virtuel,
2. contenant des informations qui sont fragmentées,
3. dont les fragments sont toujours dupliqués et répartis (ou distribués) dans cet espace virtuel, lequel peut se situer sur un ou plusieurs supports physiques,
4. qui possède une « console (ou programme) de restitution » permettant de reconstituer l'information.

Les services simplement hébergés en ligne sur un seul serveur ne peuvent donc pas être considérés comme du cloud computing puisqu'ils ne sont pas dupliqués ni répartis ni distribués.

Le groupe de travail a aussi décrit et détaillé quatre typologies de nuage informatique, que l'on peut trouver dans les organisations membres du Cigref. Chacune d'entre elles a été définie et mise en regard du modèle de service (SaaS, Paas, Iaas) :

1. Clouds gérés en interne et à usage privé
2. Clouds gérés en externe et à usage privé
3. Clouds gérés en interne et à usage ouvert
4. Clouds gérés en externe et à usage ouvert

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages