Jeudi 7 juin 2018
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Google Panda : échapper à la sanction

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Catherine Small le 22/11/2011 - indexel.net
 
Google-panda

Quelques mois après le séisme de l’arrivée en France de Google Panda, des tests précisent le fonctionnement de l’algorithme du moteur de recherche et expliquent comment éviter le déclassement de son site web.

 

Initialement, Google Panda vise à sanctionner les « fermes de contenus », ces sites qui publient massivement des contenus sans valeur ajoutée, à la seule fin de générer des revenus publicitaires. Plus largement, Google Panda affecte les sites web dont les contenus pêchent par leur piètre qualité, pénalisant ainsi les annuaires, les comparateurs de prix et nombre de portails généralistes. Suite à leur recul dans les pages de résultats du moteur, certains de ces sites ont vu leur trafic s'effondrer. Mais comme à toute chose, malheur est bon, la nouvelle donne a profité à d'autres, dont les pages ont au contraire gagné des places dans les classements du moteur.

Un tel bouleversement dans le paysage des Search Engine Result Pages (SERP) de Google a donc fait du bruit. Nombreux sont les spécialistes SEO en France et à l'étranger à s'être penchés sur le fonctionnement de Google Panda, la façon d'éviter ses griffes, et le moyen pour les sites affectés de regagner leurs positions.
Consultant SEO, Peter Van Der Graaf a ainsi mené une série de tests sur quelque 50 sites anglophones, dont voici les principales conclusions :

1) Google Panda semble fonctionner comme un filtre, qui repose sur un seuil : les pages qui le franchissent sont affectées, les autres ne le sont pas. Il n'existerait aucune gradation dans la façon dont Google Panda affecte une page.

2) Ce seuil paraît varier en fonction du domaine. La présence de liens entrants pointant sur le site et la qualité de ces liens influeraient sur le déclenchement de la sanction. Des liens entrants provenant de sites de piètre qualité pourraient représenter un handicap. A contenu équivalent, les pages ne bénéficiant d'aucun lien entrant seraient les premières affectées, suivies par les pages qui n'ont comme liens entrants que des liens issus d'annuaires, et enfin viendraient les pages dont les liens entrants proviennent de sites gouvernementaux ou d'un panel de sites variés.

3) Lorsqu'une page est affectée, il semblerait qu'elle chute dans les classements sur la quasi-totalité des mots-clés, et non sur quelques mots-clés seulement.

4) Le seuil au-delà duquel Google Panda se déclenche ne paraît pas basé sur une page unique. Plusieurs pages semblent devoir répondre aux critères pour que tombe la sanction. Toutefois, des pages proposant un contenu de qualité peuvent être affectées si elles appartiennent à une rubrique présentant de nombreux contenus de faible qualité. Quant au ratio pages de qualité / pages de mauvaise qualité, il est difficile de se prononcer. Généralement, pour que la rubrique tout entière soit affectée, le nombre de pages de mauvaise qualité semble devoir excéder le nombre de pages de qualité, même si parfois, un ratio d'1/5 peut suffire à faire couler l'ensemble de la rubrique.

5) Une fois affecté, il est possible de se tirer des griffes de Panda en désindexant les pages dont les contenus sont mis en cause ou encore en les supprimant.

Si ces conclusions renseignent sur les critères d'application du filtre Google Panda, elles sont à prendre avec précaution dans la mesure où l'algorithme de Google fait régulièrement l'objet de modifications et que les facteurs étudiés ci-dessus peuvent avoir évolué depuis la publication de l'article de Peter Van Der Graaf dans Search Engine Watch.

Pour ne prendre aucun risque, mieux vaut donc respecter les guidelines de Google et travailler à produire des contenus originaux de qualité. C'est non seulement la garantie d'éviter le risque d'une sanction par Google mais cela permet en plus d'augmenter les chances de voir ces contenus relayés sur les réseaux sociaux (Twitter, Google+, etc.), un facteur dont on sait aujourd'hui qu'il tient une place non négligeable dans l'algorithme des moteurs de recherche, Google inclus.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages