Mercredi 18 octobre 2017
NASDAQ : 6627.3848 4.311   nasdaq0.07 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

iOS et HTML5 en tête du hit-parade des plates-formes mobiles

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Antoine Robin le 02/04/2012 - indexel.net
 
Ios-html5-plates-formes-mobiles

Les éditeurs d’applications mobiles plébiscitent l’écosystème d’Apple pour sa rentabilité et HTML5 pour sa portabilité. Les autres plates-formes - Windows Phone et BlackBerry OS - ne séduisent plus vraiment les développeurs.

 

Quelles sont les plates-formes mobiles les plus prisées des développeurs d'applications en 2012 ? C'est à cette question que répondent conjointement IDC et Appcelerator dans une récente étude. Ce dernier propose un outil de développement d'applications mobiles reposant sur les standards du web.

Sur les 2 173 développeurs interrogés fin janvier 2012, 79 % indiquent qu'ils utiliseront le standard HTML5 pour leurs applications en 2012, et près de neuf développeurs sur dix créeront également des applications pour iOS, le système d'exploitation d'Apple qui fonctionne sur les iPhone et iPad. Plus que le choix d'une plate-forme parmi d'autres, ce « hit-parade » confirme une tendance nette parmi les éditeurs d'applications mobiles : l'abandon d'Android. En effet, 87 % des éditeurs privilégiaient Android en 2011, contre 79 % aujourd'hui. La variation peut paraître infime. Mais elle confirme une tendance de fond.

La raison n'est pas technique, mais commerciale. « Les fans d'Apple ne rechignent pas à débourser quelques centimes d'euros pour une application alors que les utilisateurs de smartphones sous Android ne souhaitent pas dépenser un centime, d'autant plus qu‘il est très facile de pirater une application. Sous Android, il faut maintenir une version pour chaque couple version/device : 2.2 Froyo pour le Kindle qui réalise la moitié de nos ventes, 2.3.x Gingerbread pour les smartphones (Galaxy, etc), 3.x Honeycomb pour les tablettes actuelles et bientôt 4.x Ice Cream Sandwich pour les nouveaux smartphones et tablettes... » explique Stéphane Bordage, cofondateur de l'agence Breek qui édite une douzaine d'apps sur les deux plates-formes. « Sur le plan commercial, notre investissement financier pour porter nos applications iOS sur Android est un échec » constate-t-il désabusé.

Face à ce constat, les éditeurs préfèrent donc investir sur la plate-forme d'Apple et sur HTML5. Le recours à ce standard leur garantit une certaine portabilité sur l'ensemble des terminaux connectés qui, selon une loi de Pareto, ne représentent que 20 % des revenus des éditeurs d'applications mobiles. Une approche d'autant plus rationnelle que « les développeurs se plaignent que l'écosystème Android est fragmenté » note Mike King, directeur de la stratégie mobile chez Appcelerator. En plus des nombreux couples version Android / device à développer et maintenir, « il faut aussi inscrire son application sur de nombreuses boutiques en ligne pour espérer rencontrer le succès » explique-t-il.

Le succès d'Apple et la bataille entre Android et HTML5 éclipsent totalement les autres systèmes d'exploitation mobiles. L'intérêt pour BlackBerry OS a chuté de moitié en un an, passant de 38 % à 16 % de développeurs intéressés. Et Windows Phone de Microsoft ne semble toujours pas convaincre les développeurs, malgré l'accord avec Nokia. Finalement, malgré sa plate-forme propriétaire, Apple a réussi à s'imposer en valorisant le travail de ses partenaires. Google n'a pas réussi à gérer l'ouverture de sa plate-forme. Et Microsoft est enfermé dans son écosystème propriétaire qui ne semble réservé qu'aux fans de Nokia et de Microsoft réunis.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages