Jeudi 19 octobre 2017
NASDAQ : 6624.22 0.56   nasdaq0.01 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Le cloud computing promis à un bel avenir

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 05/11/2009 - indexel.net
 
Nuages-symbolisant-le-cloud-computing

Le marché français du cloud computing représente déjà 2,3 milliards d'euros en 2009. Il connaîtra une très forte croissance d'ici 2011, estime le cabinet d'études Markess International.

 

Dans sa définition la plus large le cloud computing regroupe trois grands domaines : l'IaaS (Infrastructure as a Service), le PaaS (Platform as a Service) et le SaaS (Software as a Service), tous reliés au marché de l'hébergement externe (co-location et infogérance). IDC estime ce marché à 17,4 milliards de dollars en 2009 dans le monde et s'attend à une forte croissance : 44,2 milliards de dollars d'ici 2013.

La récente étude "Approches d'Hébergement avec le Cloud Computing & la Virtualisation" du cabinet Markess International confirme cette tendance. En France, l'hébergement d'applications représente 880 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009 et le cloud computing 1,5 milliard d'euros. Un marché dynamique. Car, alors que les dépenses informatiques se contractent, le budget alloué à l'hébergement externe et au cloud computing ne cesse de progresser. D'ici 2011, le cloud computing devrait même connaître une croissance à deux chiffres sur les segments de l'hébergement virtualisé, du SaaS et de l'IaaS.

Trois raisons poussent les entreprises à se tourner vers ces architectures : l'optimisation des coûts d'exploitation en mutualisant les ressources, la nécessité de garantir la continuité de l'activité, et l'adaptation plus rapide de l'infrastructure technique au volume d'activité de l'entreprise. Les domaines applicatifs les plus concernés sont les sites web et les portails, suivis des applications de gestion de la relation client, des ressources humaines, et les extranets. La messagerie, les outils de sécurité, le stockage et la sauvegarde de données sont, en revanche, encore fortement internalisés.

Markess International distingue trois types de "nuages informatiques" pour héberger ces applications : cloud privé interne, cloud privé externe, et cloud public. Les entreprises sont tentées par le cloud privé qui consiste à mutualiser l'infrastructure technique d'un groupe entre les différentes entreprises qui le composent, soit en interne (cloud privé interne), soit chez un spécialiste (cloud privé externe). Le cloud public repose sur une infrastructure hébergée chez un prestataire externe et mutualisée entre différentes entreprises. Si moins de 7 % des entreprises possèdent déjà un nuage privé interne, elles seront 53 % en 2011, estime Markess International. Près de 8 % disposent actuellement d'un nuage privé externe contre 44 % d'ici 2011, et 5 % ont déjà opté pour un nuage public contre 36 % d'ici 2011.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages