Jeudi 14 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Le Green IT entre dans les mœurs… des grandes entreprises

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 27/03/2012 - indexel.net
 
GreenIT-mur-grandes-entreprises

Alors que les grandes structures industrialisent progressivement leur démarche Green IT pour réduire l‘empreinte écologique et économique de leur système d’information, les PME peinent à s’emparer du sujet.

 

Le cabinet de conseil Devoteam vient de présenter les résultats de sa troisième enquête internationale consacrée au Green IT. Menée en partenariat avec GreenIT.fr, l'éco-label TCO et Euro Green IT, elle s'appuie sur les réponses de 356 personnes représentant 270 entreprises de toutes tailles et secteurs d'activité, dans 22 pays.

Le Green IT reste une démarche de grande entreprise : 82 % des sociétés de plus de 10 000 salariés ont un programme Green IT contre 44 % des PME de moins de 100 salariés. Il ne s'agit pas encore d'une véritable stratégie, mais plutôt d'un plan d'action dont le périmètre varie d'une entreprise à l'autre. Certaines se concentrent uniquement sur l'efficience énergétique tandis que d'autres embrassent tous les domaines du Green IT : impressions, déchets électroniques, data center, postes de travail, etc. C'est généralement la direction informatique (DSI) qui pilote cette approche au sein des organisations.

Contrairement à il y a trois ans (première édition de l'enquête), le Green IT n'est plus uniquement vu comme un moyen de réduire l'empreinte écologique. Les entreprises intègrent progressivement les deux autres dimensions du développement durable : économique et sociale. La proportion d'entreprises qui voient dans cette démarche la possibilité de rationaliser le système d'information et de faire des économies récurrentes sur le long terme a fait un bon de +20 % en un an.

L'efficience énergétique reste un des projets les plus populaires. Même si la facture électrique est le plus souvent à la charge des services généraux (53 %), de plus en plus de DSI gèrent les dépenses énergétiques du système d'information. Ainsi, 24 % éteignent leurs postes de travail (19 % en France contre 43 % en Allemagne) et 28 % optimisent l'efficience énergétique de leur data center. Les disparités entre certains pays européens sont directement liées au coût de l'énergie et à son contenu en dioxyde de carbone (très élevés en Allemagne).

En revanche, l'allongement de la durée de vie active des équipements informatiques et télécoms (un des gestes clés du Green IT) progresse très lentement. Selon l'enquête de Devoteam et de ses partenaires, un ordinateur est utilisé en moyenne 3,5 ans (36 mois pour les portables et 48 mois pour les ordinateurs de bureau) et un téléphone portable 2,5 ans. Cette faible durée de vie active a un impact sur le volume généré chaque année de Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) professionnels de catégorie 3. Si 69 % des entreprises sont incapables d'estimer leur volume annuel de DEEE, 60 % ont cependant un programme clairement défini. Parmi les bons élèves, 27 % des entreprises font appel à un organisme spécialisé (tel que Ecologic) et 22 % sollicitent les fabricants pour récupérer et retraiter leurs matériels. 12 % revendent les équipements à un prix symbolique à leurs employés et 9 % à des brokers.

Concernant les achats, deux tiers des entreprises utilisent des critères environnementaux dans leurs appels d'offre. Pour 67 % d'entre elles, le poids de ces critères est inférieur à 10 % de la note finale. En revanche, 23 % des entreprises pondèrent entre 10 et 20 % la note finale. Et 10 % des entreprises attribuent un poids supérieur à 20 % de la note finale.

Si l'achat IT responsable entre dans les mœurs, les outils ne sont pas toujours maîtrisés par les acheteurs. Par exemple, 32 % n'utilisent aucun éco-label. Concernant le matériel, Energy Star est le plus utilisé (67 %) avec TCO (33 %). Epeat, qui intègre les critères d'Energy Star, n'est utilisé qu'à hauteur de 19 % alors que de très nombreux équipements sont disponibles. Bonne nouvelle cependant, les entreprises utilisent d'abord FSC (38 %) devant PEFC (18 %) pour le papier.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages