Mardi 12 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Le logiciel d'occasion débarque en France

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Antoine Robin le 24/04/2013 - indexel.net
 
Logiciel-occasion

Déjà implanté en Suisse et en Autriche, le spécialiste allemand des licences Microsoft, Adobe et IBM d'occasion compte réaliser deux millions d'euros de chiffre d'affaires dès cette année.

 

Dans le domaine du logiciel, le coût annuel des licences par utilisateur est souvent bien supérieur au coût d'acquisition de son poste de travail. Identifier les logiciels inutiles, les désinstaller et les revendre sur le marché de l'occasion est donc une démarche incontournable pour les directions informatiques qui souhaitent faire des économies. Contrairement aux contenus numériques (musique, vidéo, etc.) pour lesquels on ne peut acheter qu'un droit d'utilisation (la licence), les droits d'auteur d'un logiciel sont épuisés après la première vente par l'éditeur.

En d'autres termes, Microsoft, Adobe ou SAP ne peuvent pas s'opposer à la revente du droit d'utilisation de leurs logiciels (la licence) par les entreprises utilisatrices. Depuis le 3 juillet 2012, l'arrêt C-128-11 de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) autorise en effet l'utilisateur d'un progiciel à le revendre à un tiers. Cet arrêt complète la directive européenne 2009/24/CE en précisant qu'un éditeur de logiciels ne peut s'opposer à la revente de ses licences par le primo-acquéreur, même si celles-ci ont été achetées en ligne et même si le contrat avec l'éditeur spécifie explicitement le contraire (lire notre article Acheter un progiciel d'occasion? C'est possible!).

Organiser le marché du logiciel d'occasion

Fort de ce constat, le spécialiste allemand UsedSoft s'est installé en France en mars dernier. Il est également présent en Autriche et en Suisse. Cet intermédiaire rachète les licences non utilisées des logiciels de Microsoft, Adobe et IBM. Il les revend à de nouveaux utilisateurs - entreprises ou administrations - de 10 à 30 % moins cher que les licences neuves de l'éditeur concerné. A ce tarif, le nouvel acquéreur doit vérifier la prise en charge du support technique par l'éditeur. Il ne peut également acheter qu'un lot complet (tout le volume de licences). UsedSoft n'est pas le seul acteur en France, on compte également des start ups telles que Econo-me.fr et tous les généralistes de l'occasion tels que Le Bon Coin et eBay. En revanche, UsedSoft est le seul acteur à viser uniquement les entreprises (publiques et privées).

L'achat de logiciels d'occasion se développe essentiellement face au rythme de renouvellement très (trop ?) rapide de certains logiciels. Il oblige les entreprises à acquérir des licences séparément des ordinateurs pour y réinstaller de "vieux" logiciels. C'est par exemple le cas de Windows XP qui constitue encore 40 % des installations dans le monde mais qui n'est plus commercialisé par Microsoft. Certaines entreprises achètent donc des licences d'occasion pour homogénéiser leur parc de postes de travail en "downgradant" les ordinateurs les plus récents vendus sous Windows 7 ou 8. Sans des acteurs tels que UsedSoft, les entreprises sont parfois contraintes d'acheter des postes de travail complets uniquement pour récupérer une licence logicielle. Un comble en période de crise économique...

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages