Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES, SECURITE

Légère régression du piratage de logiciels en France

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 16/05/2012 - indexel.net
 
Regression-piratage-logiciel-france

Le piratage tend à diminuer en France mais il touche encore trop de décideurs d’entreprises qui avouent ne pas toujours disposer des licences des logiciels installés sur les postes de travail.

 

Neuvième du nom, l'étude mondiale sur le piratage de logiciels menée par la Business Software Alliance (BSA), en partenariat avec le cabinet d'analyses IDC et l'institut IPSOS Public Affairs, aurait plutôt tendance à montrer que les Français sont sur la bonne voie avec une réduction de deux points de la proportion de logiciels installés illégalement : 37 % en 2011 contre 39 % en en 2010. Rappelons que ce pourcentage était de 47 % en 2005. En d'autres termes, le déclin du piratage de logiciels en France est clairement amorcé mais il reste toutefois supérieur au taux moyen de l'Union européenne, estimé à 33 %. Mais inférieur à ce celui des pays émergents où le piratage bat son plein : 68 % en moyenne en 2011 contre 24 % dans les pays développés.

Un phénomène encore trop courant en entreprise

L'étude indique aussi que les pirates français sont majoritairement des hommes (52 %), âgés de 18 à 34 ans (30 %), et surtout que les entreprises ne seraient pas épargnées. "Les décideurs d'entreprise admettent plus volontiers pirater des logiciels que les autres utilisateurs et sont deux fois plus nombreux à déclarer installer sur plusieurs postes de leur entreprise des licences de logiciels pourtant destinées à un seul ordinateur", stipule l'étude. Pour mémoire, une étude datée de 2009 estimait que le taux de piratage dans les entreprises avoisinait les 40 % en Europe de l'Ouest et 45 % en France. Autant dire que le phénomène est important et d'autant plus étonnant quand on connaît les risques encourus. Selon l'article L.335-4 du Code de la propriété intellectuelle, le délit de contrefaçon, par violation des droits portant sur un logiciel, est puni par trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages