Mardi 12 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Les achats de services cloud échappent aux DSI mais ils ne s’en plaignent pas

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 05/06/2013 - indexel.net
 
Achats-services-cloud-dsi

Près d’un quart des utilisateurs auraient acheté des services cloud sans en informer leur direction informatique. Un phénomène qui ne semble toutefois pas inquiéter les DSI, ces achats profitant à l’entreprise, selon une enquête conjointe VMWare - Vanson Bourne.

 

Sponsorisée par VMWare et réalisée par Vanson Bourne, l'étude européenne sur l'usage du cloud computing (notre dossier cloud computing) en entreprise confirme la tendance amorcée par le BYOD (Bring Your Own Device) : les utilisateurs se passent de leur DSI pour s'équiper en solutions informatiques. Menée auprès de 1 500 décideurs informatiques et 3 000 salariés d'entreprises entre 100 et 5 000 personnes en Grande-Bretagne, France, Allemagne, Pays-Bas et Scandinavie, l'enquête montre en effet que 15 % du budget informatique des entreprises interrogées passerait dans ces achats de services cloud sans que la DSI en soit informée, soit l'équivalent de 1,7 million d'euros par entreprise en France (1,6 pour l'Europe). Baptisé "shadow cloud IT", le phénomène ne semble toutefois pas préoccuper les responsables informatiques. Ils y sont même favorables, particulièrement en France.

Des achats bénéfiques à l'entreprise

Les DSI estiment en effet que ces achats permettent de répondre plus rapidement aux besoins des utilisateurs et plus des deux tiers des DSI français (75 %) pensent qu'ils sont bénéfiques à l'entreprise (72 % en Europe). Pour 31% des DSI européens, ils contribuent à la croissance et à l'innovation (48 % en France) et 48 % (56 % en France) déclarent qu'ils fournissent des solutions jusqu'alors absentes de l'entreprise. Au regard de ces chiffres, on constate que, globalement, les DSI français sont moins réticents que la moyenne européenne au shadow cloud IT. Autre différence notable, les DSI français qui s'opposent à ces pratiques sont plus préoccupés par la création de silos entre les produits et les données (55 %) que par la sécurité, raison invoquée plus majoritairement au niveau européen.

Le shadow cloud IT touche surtout les outils collaboratifs

Enfin, l'étude montre aussi que certains départements de l'entreprise sont plus adeptes de ces pratiques que d'autres. En France, les achats (37 %), les ventes (36 %) et la logistique (36 %) sont perçus comme les plus gourmands en produits cloud dont l'acquisition ne passe pas par la DSI. Pour l'essentiel, il s'agit de services collaboratifs : partage de fichiers (55 %), messageries en mode cloud comme Gmail, Hotmail et Yahoo Mail (47 %), messageries instantanées (44 %). Principales raisons invoquées : l'immédiateté opposée à la lenteur des procédures d'approbation quand il faut passer par la DSI (30 %) et la capacité à lancer de nouveaux produits ou services (22 %).

Conclusion, pour Marc Frentzel, directeur technique chez VMware France, ces achats effectués à l'insu de la DSI ne sont pas de l'argent gaspillé : "Les salariés contournent souvent le service informatique de l'entreprise pour acheter des services cloud dans le but d'être plus efficaces. La DSI a atteint un point critique où il n'est plus question d'ignorer la réalité des dépenses qui lui échappe. Les décideurs informatiques doivent intégrer le phénomène et offrir la flexibilité que leurs utilisateurs réclament, avec le niveau de sécurité et de pilotage requis".

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages