Vendredi 20 octobre 2017
NASDAQ : 6605.0669 19.1533   nasdaq0.29 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Les DSI françaises privilégient le cloud hybride

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 03/01/2012 - indexel.net
 
DSI-fr-privilegient-cloud-hybride

Championnes du cloud computing en Europe, les directions informatiques françaises cherchent le meilleur compromis entre cloud privé et public.

 

La France est l'un des pays européens où le cloud computing se développe le plus vite. C'est ce que révèle l'étude « Cloud Computing : adoption et comportement d'achat des entreprises françaises » menée par IDC France entre janvier et novembre 2011 auprès de 440 entreprises.

Selon le cabinet d'analyses, le chiffre d'affaires du cloud computing a atteint 846 millions d'euros en France en 2011, en croissance de 61 % par rapport à 2010. Plus de neuf entreprises sur dix connaissent le cloud computing (notre dossier) ou exploitent déjà des services de ce type. En la matière, 2012 devrait être une année charnière. La moitié des directions informatiques prévoient d'allouer jusqu'à 20 % de leurs investissements en services informatiques externes. Les secteurs les plus motivés sont les services financiers (6,7 % de leur budget applicatif), les services d'infrastructures (6,0 %), l'industrie (5,9 %), les services et le secteur de la distribution (5,6 %) et le secteur public (3,5 %).

Ce sont les modèles de logiciels hébergés (SaaS) et de nuage informatique hybride (hybrid cloud computing) qui séduisent le plus. 63 % des entreprises françaises sont convaincues par le SaaS tandis que les projets de cloud hybride connaissent une croissance de 197 %. Cette architecture repose sur un nuage privé, infogéré en partie par un prestataire extérieur. Pour faire simple, toute l'infrastructure physique (jusqu'au système d'exploitation) est infogérée tandis que l'entreprise conserve la maîtrise des couches applicatives.

Plus qu'une externalisation complète, ce sont donc les services associés à l'infrastructure qui intéressent les entreprises. La réduction des coûts informatiques (notre article) est le premier facteur d'adoption de l'informatique en nuage (55 % des répondants), devant la recherche d'une plus haute disponibilité (49 %) et d'une meilleure capacité à monter en charge (48 %).

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages