Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Les entreprises adoptent les outils sociaux mais ne changent pas

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 05/06/2013 - indexel.net
 
Adoption-reseaux-sociaux

Une étude récente sur la "social collaboration" en Europe montre que les entreprises françaises adoptent massivement les technologies dites "sociales" mais sans opérer les changements culturels qui vont de pair.

 

Si face à leurs homologues anglais ou allemands, les français n'ont pas à rougir dans le domaine de la "social collaboration", leur manque de flexibilité dénote notamment d'une volonté de contrôler l'usage des outils sociaux d'entreprise (notre dossier réseaux sociaux professionels). C'est du moins ce qu'il ressort de l'étude menée par le cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC) auprès de 250 responsables métier au sein d'entreprises comptant plus de 500 collaborateurs en Allemagne, en France et au Royaume-Uni.

Beaucoup de projets en cours en France

Avec 36 % des entreprises qui indiquent mener des projets, contre 33 % en Allemagne et 18 % en Grande-Bretagne, la France est le pays où l'engouement pour les outils sociaux d'entreprise est le plus présent. Toutefois, là où les autres pays se posent des questions sur l'impact de ces outils sur l'organisation de l'entreprise, la chaîne de décisions ou encore la meilleure façon de collaborer, la France semble plus attentiste, voire hésitante sur les changements à apporter pour tirer pleinement profit de ces technologies. "Les entreprises françaises ont bien compris un élément essentiel : la collaboration sociale implique de grands changements de culture et nécessite donc un accompagnement important en termes de gestion du changement", estime Olivier Rafal, principal consultant au sein de PAC France. Et c'est précisément là que le bât blesse.

La peur du changement domine dans les entreprises hexagonales

Bertrand Duperrin, directeur Conseil chez NextmodernityEn effet, si la plupart des projets sont initiés par les directions générales ou fonctionnelles, peu d'entre elles sont enclines à remettre en cause leur autorité. Dans le monde de l'entreprise française, comme le souligne  Bertrand Duperrin (photo), directeur Conseil chez Nextmodernity : "il y a ceux qui savent et décident, ceux qui travaillent, ceux qui achètent et nul n'est légitime à sortir de son rôle car c'est ainsi que le monde est construit". Or, les outils sociaux impliquent l'adaptation des processus à un environnement plus transparent et plus transversal où les rôles de chacun ne sont pas figés.

En d'autres termes, les entreprises française s'habillent aux couleurs des outils sociaux mais n'évoluent pas en conséquence. Pour preuves, elles sont les plus restrictives en termes d'autonomie des collaborateurs et d'usage des réseaux sociaux : seulement 19 % des sondés français accordent le droit à leurs collaborateurs de décider comment ils veulent "réseauter" et sur quelles applications, contre 26 % en Allemagne et 34 % en Grande-Bretagne. Par ailleurs, 6 % des français encouragent l'utilisation du microblogging contre 19 % en Allemagne et 48 % en Grande-Bretagne. On pourrait attribuer cette attitude aux problématiques de sécurité. Mais au regard des résultats de l'enquête, c'est bel et bien la peur du changement qui domine chez les français puisqu'ils sont statistiquement les moins inquiets sur le sujet de la sécurité : 36 % des entreprises françaises estiment en effet que la mise en place d'un environnement spécifique pour se protéger est indispensable contre 63 % des sondés anglais et 83 % des allemands.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages