Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Les rebelles de la mobilité mettent en péril le système d’information

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Serge Jovanovic le 12/06/2013 - indexel.net
 
Rebelles-mob

Selon une récente étude, plus d’un tiers des employés envisageraient de quitter leur entreprise si on leur refusait l’utilisation de leur téléphone mobile personnel pour travailler.

 

Les "rebelles de la mobilité" mettent la pression aux DSI qui sont pris en tenaille entre les exigences de sécurité et la volonté des directions générales de favoriser la productivité et la créativité. Selon une récente étude* menée pour VMware, les entreprises subissent de plus en plus la pression « d'une classe émergente de rebelles de la mobilité » constate Hervé Uzan, directeur général de VMware France. Alors que 39 % des décideurs informatiques ne pensent pas que leur département puisse répondre aux besoins liés à la mobilité de leurs équipes, 37 % des employés envisageraient de quitter leur entreprise s'ils n'ont pas la permission d'utiliser leur appareil mobile pour travailler.

Insatisfaction grandissante des salariés

Hervé-Uzan-VMware« De nombreuses entreprises ont du retard à rattraper. Si on ne fournit pas aux utilisateurs les ressources mobiles qu'ils exigent, nombre d'entre eux en prendront l'initiative et provoqueront ce changement d'eux-mêmes » prévient Hervé Uzan (photo). Les DSI en sont bien conscients puisque, selon la même enquête, les trois quarts d'entre eux ont mis en place ou prévoient de mettre en place une politique BYOD (Bring Your Own Device, lire notre dossier).

Reste que 62 % des salariés français estiment que leur entreprise ne leur procure pas les outils et applications mobiles nécessaires à leur productivité et à leur mission. Parmi les ces outils, les cinq requêtes les plus fréquentes sont l'accès depuis un appareil mobile à la messagerie électronique (58 %), à l'intranet de la société (50 %), un accès VPN (38 %) et un service de partage de fichiers (22 %).

Difficile de choisir entre productivité et sécurité

La tension est palpable, notamment en ce qui concerne la sécurité. Car, à défaut de solutions officielles, les salariés utilisent le système D. Avec tous les risques que cela comporte. Deux DSI sur trois estiment que des informations appartenant à l'entreprise sont stockées sur des appareils personnels et 59 % d'entre eux suspectent qu'il s'agit d'informations sensibles. La crainte des DSI est fondée puisque 40 % des employés ont déjà chargé des documents internes sur des sites ou des services inappropriés.

Paradoxalement, les directions semblent laxistes en France : 85 % des employés qui ont admis avoir accédé aux données de leur entreprise depuis leur appareil personnel n'ont pas fait l'objet de procédures disciplinaires. De quoi encourager les utilisateurs à des pratiques pourtant risquées pour l'entreprise.

* étude réalisée par le cabinet Vanson Bourne qui a interrogé 5 000 DSI et 3 000 employés d'entreprises entre 100 et 5 000 salariés au Royaume-Uni, France, Allemagne, Pays-Bas, Italie et dans les pays nordiques (Suède, Norvège, Danemark et Finlande) entre mars et avril 2013.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages