Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Les vrais faux enjeux du cloud "souverain"

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 17/10/2012 - indexel.net
 
Enjeux-cloud-souverain

En inaugurant son nouveau cloud public situé à Montpellier, IBM relance le débat autour du cloud "souverain" lancé par les pouvoirs publics. Le point sur une polémique qui dépasse le simple problème du Patriot Act.

 

IBM lance un nouveau cloud public et il est situé en France. Avec cette inauguration, le géant américain détient désormais sept centres à travers le monde : deux aux Etats-Unis, les cinq autres étant répartis entre l'Allemagne, le Japon, Singapour, le Canada et le petit dernier à Montpellier.

Offensive française et européenne

La filiale française d'IBM n'avait pas caché son agacement après la création de Numergy et de Cloudwatt, deux sociétés créées respectivement par SFR-Bull et Orange-Thales. En cause : le soutien de l'Etat français dans ces deux créations sans oublier les déclarations récentes de Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique. Soulignant la menace d'hégémonie des acteurs américains, la ministre avait en effet affiché sa volonté de passer à l'offensive avec une offre de cloud "souverains" en rappelant au passage le projet de l'Union Européenne devant favoriser le développement de ce marché. 

Géolocalisation et Patriot Act 

Au cœur du débat, la géolocalisation des datacenters et la fameuse loi américaine du Patriot Act brandie comme un étendard par les acteurs franco-français. Pour mémoire, toute entreprise, américaine ou pas, possédant des bureaux aux Etats-Unis est soumise à cette loi qui autorise le gouvernement américain à consulter les données hébergées. Rappelons que la géolocalisation du datacenter importe peu dans ce contexte : dès lors que l'entreprise est soumise au Patriot Act, tous ses centres, quel que soit leur emplacement, y sont assujettis. En d'autres termes, pour échapper à cette fameuse loi, il faut n'avoir aucune présence sur le sol américain. Enfin, rappelons aussi que cette loi n'est pas née avec le cloud : le centre de Montpellier d'IBM existe depuis plusieurs années et héberge les services informatiques de grands groupes comme Carrefour et Danone. A ce jour, aucun n'a porté plainte pour une intrusion abusive du gouvernement américain. 

Toutes les données ne sont pas sensibles

Ajoutons encore à cela que certaines données sont effectivement sensibles et ne doivent pas sortir de l'Hexagone sans oublier les contraintes réglementaires qui imposent un stockage local. Mais c'est loin d'être le cas de la plupart des données et, cloud computing ou pas, ce problème n'est pas nouveau pour les entreprises qui pratiquent l'externalisation. Enfin, à la crainte d'une improbable intrusion du gouvernement américain, il est opportun d'opposer les risques de sécurité informatique, qu'il s'agisse de virus, défaillance matérielle, rupture de services, etc. En d'autres termes, un prestataire franco-français est-il réellement préférable à un concurrent soumis au Patriot Act mais offrant de véritables garanties en matière de sécurité notamment ? 

Un vivier économique

Partant de ces principes, on est en droit d'espérer que les offensives françaises et européennes soient moins une réponse à cette fameuse loi qu'à l'identification d'un marché porteur. Dans une publication récente, l'Union européenne estimait en effet que le cloud computing pourrait générer 2,5 millions d'emplois d'ici 2020 (lire notre article : Emploi IT : après les vaches maigres, retour à l'optimisme) et se traduire par des économies de 10 à 20 % au sein de 80 % des entreprises qui l'adoptent. Reprendre les rênes de ce marché en y introduisant des règles pour favoriser son développement dans un cadre rassurant pour les entreprises semble donc une approche plus crédible que les discours de prestataires qui continuent à essayer de faire peur aux entreprises avec le Patriot Act.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages