Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Logiciels libres : le prix n'est pas le premier argument

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 06/10/2010 - indexel.net
 
Logiciel-libre-prix-argument

En recourant aux logiciels open source, les entreprises européennes recherchent d'abord de la souplesse et de l'indépendance vis-à-vis des éditeurs. L'argument financier n'arrive qu'en deuxième position.

 

Grand'messe du logiciel libre en France, l'Open World Forum 2010 se tenait la semaine dernière à Paris. Plusieurs cabinets d'analyse et le CIGREF ont saisi l'occasion pour faire un point sur l'adoption des logiciels libres et open source au sein des entreprises françaises.

Selon Markess International, une vingtaine d'années après l'apparition de Linux, l'adoption est massive puisque 92 % des entreprises françaises utilisent un ou plusieurs logiciels open source au sein de leur système d'information. Ces outils représentent, en moyenne, 16 % du budget informatique. Mais "ce chiffre n'a pas grand sens", estime François Letellier, consultant open source indépendant. "La majorité des logiciels d'éditeurs 'propriétaires', mais aussi des développements spécifiques réalisés par des SSII, embarquent de l'open source. MySQL est une base de données open source, mais peut être achetée sous licence propriétaire ; SAP commercialise des logiciels propriétaires, mais embarque du code open source. Raisonner en termes de part de marché – ou de budget – a de moins en moins de sens !" explique-t-il.

Toujours est-il que l'engouement pour les licences de type Apache, BSD, et GPL est tel que "désormais, il faut se justifier si on n'utilise pas un logiciel open source par défaut", explique Jeffrey Hammond, analyste chez Forrester. À l'image de Sabre, de plus en plus de grandes entreprises font des logiciels libres et open source leur choix par défaut, devant les logiciels propriétaires et les développements sur mesure.

Étonnamment, le prix n'est pas le premier argument des logiciels libres. Selon The 451 Group, les entreprises européennes les déploient d'abord pour leur flexibilité et seulement ensuite pour leur coût de licence réduit ou nul. Elles sont plus de 75 % à être satisfaites dans ces domaines. Autre facteur d'adoption : l'indépendance. Après l'échec de Windows Vista, de plus en plus d'entreprises refusent de subir les migrations forcées des éditeurs de logiciels propriétaires. En plus du soutien de la communauté des utilisateurs, le découplage entre la disponibilité du logiciel et le support technique les rassurent.

Reste que le déploiement des logiciels open source n'est pas un long fleuve tranquille. Surtout sur le poste utilisateur. Entre l'adhérence des applications métier développées pour Internet Explorer 6.0 et l'attachement des décideurs à la suite Office de Microsoft, les utilisateurs freinent encore des quatre fers. L'adoption est donc nettement plus avancée chez les profils techniques et côté serveur. Le CIGREF estime que l'offre technique – développement applicatif, web et systèmes d'exploitation serveurs – est plus mature que les progiciels, ce qui favorise leur adoption.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages