Lundi 23 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Office 2013 interdit le transfert de licence !

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 27/02/2013 - indexel.net
 
Office-2013

Microsoft vient d’inventer la licence logicielle à durée déterminée. Une décision qui devrait pousser les entreprises vers des alternatives open source. À moins que la Commission européenne ne s’empare de ce dossier…

 

Après avoir lancé Office 2013 il y a quelques semaines, Microsoft vient de confirmer le fonctionnement de la licence de ce logiciel. Les utilisateurs qui ont pris le temps de lire la licence n'ont pas eu la berlue : il leur est interdit de transférer le logiciel sur un autre ordinateur. En contrepartie, Microsoft précise que la licence est acquise à vie pour le matériel cible.

Cet argument ne trompera personne. Le taux de renouvellement des postes de travail en entreprise est de trois ans pour les parcs loués et de quatre ans pour les parcs acquis et gérés en interne. En d'autres termes, si une entreprise équipe ses postes de travail d'Office 2013 et qu'elle les renouvelle au bout de trois ans, parce qu'ils ne sont plus garantis par exemple, elle devra racheter la suite bureautique une deuxième fois. Idem en cas de perte, de vol, ou de panne de l'ordinateur : l'entreprise devra racheter la licence.

Une licence à durée de vie déterminée... contraire au droit européen

Voilà qui devrait faire grincer des dents...et pousser les entreprises à envisager une migration vers LibreOffice dont la version 4.0 vient de sortir (voire notre article sur le choix entre libre office ou open office). A moins que la Commission Européenne ne s'empare de ce dossier car le principe porté par la nouvelle licence d'Office 2013 ne semble pas conforme au droit européen. La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a en effet récemment autorisé l'utilisateur d'un progiciel à le revendre à un tiers (voire notre article sur la possibilité d'acheter un progiciel de gestion d'occasion).

Dans tous les cas, Microsoft tient un discours des plus ambigus puisque l'éditeur pousse, d'un côté, ses clients à virtualiser les postes de travail, tout en leur interdisant, d'un autre côté, le transfert de licence d'un matériel à l'autre. A moins qu'un poste de travail virtuel (machine virtuelle s'exécutant sur un serveur distant et s'affichant sur un terminal) ne soit pas considéré comme un matériel différent. Voilà un débat qui devrait occuper les experts du VDI et de l'affichage déporté pendant quelques longs mois...

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages