Vendredi 20 octobre 2017
NASDAQ : 6605.0669 19.1533   nasdaq0.29 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Périphériques mobiles : la guerre des brevets bat son plein

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 23/05/2012 - indexel.net
 
Peripheriques-mobiles-guerre-brevets

Bras de fer entre Microsoft et Motorola, confrontation musclée entre Apple et Samsung… quand un marché affiche une croissance à deux chiffres, tous les coups sont permis pour défendre son pré carré !

 

Dernières estimations du cabinet d'analyses IDC : les achats d'équipements en téléphonie mobile (téléphones et smartphones) progresseront de 11 % sur l'année 2012. Parallèlement, Microsoft attaque Motorola en justice - et gagne son procès - pour avoir violé un brevet tandis qu'Apple et Samsung s'accusent mutuellement d'avoir enfreint les législations sur la propriété intellectuelle. Faut-il voir un lien entre les prévisions de croissance d'IDC et ces litiges ? Le doute est permis...

Android, cible de tous les maux

Au cœur des procédures, derrière les grands noms d'éditeurs et de fabricants en conflit, on trouve en effet Android, système d'exploitation Open Source pour terminaux mobiles racheté à la start-up éponyme par Google en 2007. Le procès qui opposait Microsoft à Motorola portait en effet sur l'exploitation d'ActiveSync, technologie de synchronisation de l'éditeur de Redmond déposée par brevet en 1996. Motorola, dont l'entité Mobility vient d'être rachetée par Google, avait refusé de renouveler sa licence pour les versions Android de ses terminaux. L'International Trade Commission (ITC) a jugé Motorala coupable de violation de brevet.

Des produits Samsung interdits

Du côté d'Apple, Steve Jobs avait engagé les hostilités en déclarant une « guerre thermo-nucléaire » contre Android, système utilisé par Samsung. Dans les faits, les constructeurs coréen et californien jouent à qui déposera plainte le premier dans une trentaine de pays avec des succès aléatoires. Ainsi, les Pays-Bas et l'Allemagne ont interdit certains produits de Samsung. En France, le procès est en cours, Apple étant sous le coup d'une plainte de Samsung portant sur l'utilisation des technologies 3G pour l'iPhone d'Apple. Les Etats-Unis, pour leur part, ont pour l'instant refusé de bloquer les importations du coréen mais un procès doit avoir lieu en juillet prochain.

Pas d'accord amiable en vue

Pour mettre un terme à ce conflit mondial, un juge fédéral américain vient de convoquer les PDG des deux firmes à une audience de médiation. Il espère ainsi parvenir à un accord dont les termes pourraient entraîner le retrait des plaintes dans les autres pays. Toutefois, les spécialistes du marché de la téléphonie mobile estiment le climat peu propice à un accord amiable en raison notamment de l'attitude peu constructive des deux PDG. En attendant, l'enjeu est de taille : avec 44,5 millions de smartphones vendus au premier trimestre de cette année, soit 30,6% du marché mondial, Samsung est passé devant son rival Apple qui lui ne compte « que » 35,1 millions d'unités écoulées, soit 24,1% du marché.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages