Mercredi 18 octobre 2017
NASDAQ : 6625.4126 1.895   nasdaq0.03 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Plus d’un européen sur deux surfe à haut débit… mais pas les français

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 19/06/2013 - indexel.net
 
Haut-debit

Alors que 54 % des internautes européens disposent d’un accès internet égal ou supérieur à 30 Mbits par seconde (Mb/s), 1/4 de la population française n’a toujours pas goûté au haut débit. L’Europe va prendre des mesures pour y remédier.

 

Selon le tableau de bord annuel de la Commission européenne en matière de progrès numérique, 95,5 % de la population européenne est couvert en ADSL de base* entre 512 Kb/s et 2 Mb/s. Mieux, 54 % des internautes européens disposent d'un accès internet à haut débit, c'est-à-dire égal ou supérieur à 30 Mbits par seconde (Mb/s). En revanche, seulement 2 % des foyers européens sont abonnés à un réseau à très haut débit (plus de 100 Mb/s).

Le tableau de bord révèle cependant de très fortes disparités à l'échelle du continent. Les pays de l'Est sont ainsi les mieux lotis avec une majorité d'accès à très haut débit, notamment en Lituanie, Lettonie et Roumanie. Cependant, dans dix pays européens, la couverture des zones rurales reste inférieure à 80%. Tout en bas du classement, la France fait figure de mauvais élève, très loin derrière certains pays frontaliers comme la Belgique.

Un paradoxe bien français

Si plus de 98 % des foyers français sont éligibles à l'ADSL de base, le taux de couverture tombe à 77 % pour le haut débit*. Dans certaines zones urbaines, comme par exemple dans les environs de Grenoble, un grand nombre de quartiers ne disposent pas d'un débit supérieur à 2 Mb/s. On est pourtant loin du fin fond de la Lozère tant en terme de critères économiques que de densité de population ! Pourtant, et c'est un paradoxe bien français, la France se situe dans le haut du tableau en matière d'utilisation régulière d'internet, derrière les Pays-Bas, les pays scandinaves, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Certains internautes français ont juste plus de mérite que les autres...

Selon Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne en charge des nouvelles technologies (Digital Agenda), cette disparité est due "au manque d'investissements dans les réseaux très rapides et l'absence de marché unique des télécommunications". La Commission européenne prévoit donc d'adopter des mesures dans les prochains mois en vue d'établir ce marché unique. Voilà qui devrait réjouir les 23 % de français(es) qui n'ont pas encore pu faire l'expérience du haut débit - télévision IP ou Skype en vidéo duplex par exemple - mais qui payent pourtant le même prix que des parisiens surfant, depuis plus de six ans, à 54 Mb/s (soit 25 fois plus vite).

Des mesures européennes pour désenclaver les territoires

Au-delà des particuliers, les mesures envisagées par la Commission européenne permettront de désenclaver - et donc de développer - certains territoires économiques qui, même en France en 2013, n'ont pas d'autre alternative que des connexions internet par satellite dispendieuses. Or, comme l'ont rappelé les deux derniers gouvernements français et la présidence de l'Union européenne, sans couverture numérique digne de ce nom, le développement économique d'un territoire est un parcours du combattant quotidien.

* Le haut débit de base est défini par le sénateur Hervé Maurey dans un rapport de fin 2011 comme "un débit symétrique de 2 Mb/s en 2012 et 8 Mb/s en 2015".

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages