Jeudi 14 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Recrudescence de la cybercriminalité en 2009

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marion Lecomte le 21/04/2010 - indexel.net
 
Tendances-cybercriminalite-symantec

Pas de crise pour les cybercriminels. C’est ce que révèle le dernier rapport sur les menaces de l'internet publié par Symantec. La France s’en sort mieux que l’année dernière.

 

Le 15e rapport Internet Security Threat Report (ISTR*) publié cette semaine par Symantec ne déroge pas à la règle : toujours plus de menaces sur la Toile ! Petite consolation : "La France ne fait plus partie du top 10 et occupe la 13e position mais, attention, cela ne signifie pas que le nombre de menaces a diminué pour autant, elle a simplement augmenté moins vite que les autres pays", précise Laurent Heslault, directeur des technologies de sécurité Symantec. Avec plus de 240 millions de nouveaux maliciels détectés en 2009, l'éditeur enregistre une croissance de 100 % par rapport à l'année 2008.

Quatre tendances sont à retenir. Les activités malveillantes prennent racine dans les pays émergents à mesure que l'Internet haut débit s'y développe. "Le Brésil, la Corée du Sud, la Turquie, la Colombie... deviennent désormais des cibles rémunératrices pour les cybercriminels : les utilisateurs de ces pays découvrent un nouveau média et n'ont pas encore les bons réflexes sécuritaires. Les autorités elles-mêmes ne sont pas encore au point", commente Laurent Heslault. Les pays émergents utilisent, qui plus est, Windows XP sans le mettre à jour. Or c'est l'OS le plus piraté ! Le Brésil et l'Inde figurent ainsi dans le top 5.

Deuxième tendance : le nombre de menaces visant les entreprises a augmenté. "On parle même de ‘whaling' plutôt que de phishing : on cherche désormais la grosse baleine." Et bien évidemment, les chiffres n'existent pas pour cause de "confidentialité"... Troisième tendance : la navigation sur la Toile s'avère plus dangereuse que l'ouverture des e-mails. "L'explication est simple : les internautes connaissent désormais les spams et s'en méfient", précise Laurent Heslault. Enfin, le rapport souligne l'émergence de "boîtes à outils" pour faciliter le vol d'informations. "Ces kits disponibles sur internet permettent à des attaquants peu compétents d'entrer sur le marché de la cybercriminalité avec des outils sophistiqués."

Et les réseaux sociaux ? Sont-ils à risque ? Le rapport n'en fait malheureusement pas état. "Nous surveillons les menaces sur les plates-formes communautaires mais elles se sont surtout développées à la fin de l'année 2009 et au début 2010. De plus, elles ne semblent pas rémunératrices" ,explique Laurent Heslault. Dernière précision : Symantec sort prochainement de nouveaux produits dédiés à la protection des plates-formes mobiles telles que Blackberry, Android et iPhone.

* Le rapport ISTR repose sur les données collectées par des millions de capteurs internet, des recherches de terrain et le suivi actif des communications des pirates informatiques. L'étude porte sur la période de janvier à décembre 2009. Pour en savoir plus : consulter le rapport en ligne (en anglais).

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages