Lundi 28 juillet 2014
NASDAQ : 4447.678 1.824   nasdaq0.04 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Sécurité et BYOD : vers des modèles hybrides

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 12/12/2012 - indexel.net
 
Securite-byod-modele-hybride

Une étude mondiale met en évidence la fâcheuse tendance des entreprises françaises à faire comme si le BYOD n’était pas vraiment une réalité qu’il faudrait prendre en compte dans les politiques de sécurité.

 

Parce qu'il est ignoré, un phénomène peut-il être moins dangereux ? C'est la question qu'on est en droit de se poser sur l'attitude des entreprises françaises vis-à-vis du BYOD après les résultats de l'étude du cabinet Vanson Bourne pour le compte du fournisseur de solutions de sécurité pour ordinateurs et terminaux mobiles Absolute Software. Menée auprès de 1 200 décideurs informatiques britanniques, français, allemands et américains, cette étude estime en effet que 40 % des entreprises françaises n'ont pas mis en place de politique ni de règles pour gérer l'utilisation des appareils mobiles sur le lieu de travail alors qu'elles ne sont que 15 % à envisager et accepter que leurs salariés l'utilisation des périphériques personnels au travail.

Ignorer n'est pas interdire

En d'autres termes, 85 % des entreprises françaises font comme si le BYOD n'existait pas et qu'en l'absence d'autorisation, leurs employés – très disciplinés – s'interdiraient toute utilisation de périphérique personnel pouvant mettre en danger le système d'information. On sait que c'est faux ! Toutes les études le montrent : en France comme ailleurs, le BYOD se développe avec ou sans le consentement de l'entreprise et, à défaut de pouvoir accéder au système d'information, les salariés stockent des informations professionnelles sur des périphériques personnels, souvent peu protégés.

Des politiques embryonnaires

Interrogées sur la problématique, 65 % des entreprises françaises sont pourtant conscientes des risques puisqu'elles élaborent des solutions pour pouvoir effacer les contenus à distance. Mais 11 % n'ont rien prévu. Sans compter qu'on voit mal comment les 65 % d'entreprises prévoyantes pourraient mettre en place des solutions si elles n'ont pas la connaissance de la flotte qui accède au système d'information. De fait, 24 % des entreprises, tous pays confondus, ne cherchent même pas à le savoir puisqu'elles autorisent l'accès à tous les terminaux par protection d'un simple mot de passe. Un effort louable quand on sait que 6 % ne prennent même pas cette précaution.

Développement des approches hybrides

Enfin, l'étude montre également que quand les entreprises françaises s'intéressent au BYOD, leur politique est plutôt "autoritaire". En effet, si 42 % des sociétés américaines privilégient une approche hybride – acceptation du périphérique personnel mais aux côtés d'appareils fournis par la société –, la France préfère la démarche COPE (Corporate Owned Personally Enabled), stratégie qui consiste à permettre aux employés de choisir un appareil mobile fourni et géré par l'entreprise, mais utilisé à des fins personnelles et professionnelles. 30 % des entreprises de l'Hexagone imposent tout simplement le périphérique de leur choix avec un service informatique omnipotent qui décide quels périphériques et plates-formes sont autorisées. Preuve qu'une poignée de décideurs ont clairement opté pour la prudence, sécurité informatique et démocratie, dans ce cas précis, n'étant pas forcément les ingrédients d'un mariage réussi.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages