Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Web 2.0 : les utilisateurs prennent trop de risques

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 01/09/2010 - indexel.net
 
Web-2.0-danger

Face au potentiel invasif des applications du web 2.0 et des réseaux sociaux en ligne, les utilisateurs devraient respecter certaines consignes de sécurité. Comme ils ne le font pas, les entreprises vont devoir déployer des outils de filtrage.

 

Selon une étude menée par le Ponemon Institute et l'éditeur Check Point Software, les réseaux sociaux en ligne et les applications du web 2.0 constituent une menace "sérieuse" pour 74 % des quelque 400 entreprises françaises interrogées. Les responsables sécurité citent pêle-mêle les risques d'infection virale, les logiciels malveillants, les botnets, les injections SQL, la saturation de la bande passante, les pertes de données et la baisse de productivité des salariés comme principaux risques associés.

Plus de la moitié estiment que les utilisateurs ne tiennent pas ou trop peu compte des risques informatiques lors de leurs échanges professionnels quotidiens, notamment lorsqu'ils téléchargent des applications et s'aventurent sur réseaux sociaux. 81 % des responsables sécurité envisagent donc de déployer un outil de filtrage dans les cinq ans à venir.

La France se distingue du reste du monde en estimant que c'est avant tout aux services du personnel, à la DSI et aux responsables de la sécurité (RSSI) de contrôler les risques du web 2.0. Dans les autres pays, notamment anglo-saxons, ce sont au contraire les employés qui sont responsables de préserver la sécurité informatique de leur entreprise lors de leur utilisation du web 2.0.

Quelle que soit la zone géographique, les RSSI "manquent de visibilité et n'ont pas les moyens de gérer la sécurité des multiples applications du web 2.0 déployées sur le réseau", constate David Darmon directeur général France de Check Point Software. À défaut de réussir à responsabiliser les utilisateurs, l'éditeur propose donc un puissant outil de filtrage basé sur ses technologies d'intelligence collective UserCheck et Check Point AppWiki. Ces dernières permettent aux utilisateurs de préciser aux administrateurs sécurité quelles sont les applications dont ils ont réellement besoin pour travailler au quotidien.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages