Mardi 12 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS

Adobe vs Microsoft : la guerre du PDF n'aura pas lieu

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 24/01/2007 - indexel.net
 
Lci_guerreV2_pdf

Au delà de la tension existante entre Microsoft et Adobe sur l'intégration de PDF dans Office 2007, avec XPS, Microsoft pourrait de plus concurrencer Postscript, la pépite d'Adobe.

 

Depuis quelques temps déjà se joue un mini psychodrame entre Adobe et Microsoft. On ne peut pas franchement dire que ces deux éditeurs s'adorent ! D'abord, Microsoft s'est permis de concurrencer un des produits phare d'Adobe, Designer, avec Infopath, solution de création et de gestion de formulaires. Le grand méchant loup semble d'ailleurs ignorer superbement le courroux d'Adobe puisqu'il vient avec Office 2007 de renforcer Infopath, lui ajoutant un serveur et des fonctions de workflow héritées de Windows Vista. Ensuite, il a introduit le loup dans la bergerie, livrant en standard l'enregistrement au format PDF dans Office.

 

Grand seigneur, mais sur l'insistance d'Adobe surtout, Microsoft a finalement décidé de retirer cette extension dans la version définitive d'Office 2007. Elle reste téléchargeable gratuitement sur le site de l'éditeur. Cette lutte, pour ou contre le PDF dans Office, ne constitue toutefois pas le véritable enjeu de la bataille. "Que PDF soit une option d'enregistrement dans Office 2007 ne nous gène aucunement. Au contraire ! Cela ne peut qu'asseoir la position de PDF. Ce qui nous gène plus en revanche, c'est que Microsoft ait attendu de sortir un concurrent à PDF pour l'ajouter à sa suite bureautique. En d'autres termes, c'est la stratégie du "j'embrasse pour mieux tuer" qui nous dérange", explique Jimmy Barens, directeur avant-vente Europe de l'Ouest d'Adobe.

 

XPS, le ver dans la pomme

 

Le concurrent en question s'appelle XPS (XML Paper Specification). Dérivé du XML, il était aussi inclus dans les versions beta d'Office mais a finalement rejoint le statut d'option à télécharger gratuitement, comme PDF, dans la version finale. XPS ne se contente d'ailleurs pas d'être le concurrent de PDF, il rivalise aussi avec Postscript, format propriétaire d'impression qui, de l'aveu d'Adobe, représentait il y a vingt ans 100 % des revenus de la société. "Aujourd'hui, ce n'est bien entendu plus le cas, mais PostScript reste une pépite au sein d'Adobe", précise Jimmy Barens. Utilisé principalement par la chaîne graphique, Postscript est intégré dans les imprimantes et sur les logiciels utilisant ce format d'impression. Sa mise en oeuvre est payante, chaque éditeur et fabricant reversant des royalties à Adobe. XPS, pour sa part, est un format ouvert fourni gratuitement par Microsoft.

 

Difficile toutefois de croire que Microsoft cherche à concurrencer Adobe sur la chaîne graphique, en tout cas dans l'immédiat, pour la simple raison que l'éditeur de Windows ne propose pas vraiment de solution pour ce marché. Il semblerait en effet que Microsoft ait plus cherché dans un premier temps à se débarrasser de GDI. Obsolète et vraiment limitée, cette interface d'impression sous Windows disparait en effet avec Vista. Remplacée par XPS, elle connaît cependant un succès étonnant auprès des fabricants qui, pour proposer des imprimantes à prix réduit, se spécialisent dans l'impression sous Windows. Mais des fabricants pour professionnels de la chaîne graphique semblent vouloir sauter le pas aussi.

 

Les professionnels de la chaîne graphique ne changeront pas d'outil sur un coup de tête

 

Global Graphics, société spécialisée dans les solutions d'impression qui a travaillé en collaboration avec Microsoft sur XPS, a en effet déclaré : "Depuis que nous avons lancé notre XPS Early Adopter Program en septembre 2005, plus d'une douzaine de fabricants d'imprimantes et appareils multifonctions y ont souscrit et, ce faisant, ont eu accès à notre technologie en matière de XPS". La société a même déjà signé plusieurs contacts avec des fabricants japonais dont le montant global (pour la vente de sa solution XPS) s'élèverait à au moins dix millions d'euros.

 

En d'autres termes, si ce succès d'XPS se confirme, Microsoft s'attaque indirectement à la pépite d'Adobe. Jimmy Barrens a tout de même du mal à y croire : "Nous avons mis plus de deux ans à nous imposer avec Indesign chez les professionnels de la chaîne graphique parce que c'est une chaîne complexe où l'on ne change pas d'outil sur un coup de tête. Ces professionnels ont eu du mal à maîtriser Postscript. Ils ne vont donc pas changer de format de fichier d'impression du jour au lendemain. Sur les prochains cinq ou six ans, je ne vois pas comment Microsoft pourrait nous faire du mal sur ce terrain. J'ai 0 stress là-dessus !". Certes, mais si Adobe a réussi à déloger Quark et son logiciel phare X-Press, qui dit que Microsoft n'arrivera pas à en faire autant ? Affaire à suivre.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages