Lundi 21 août 2017
NASDAQ : 6216.5269 5.3877   nasdaq0.09 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS

Applications orientées recherche (SBA) : plus rapides, moins chères

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 19/06/2013 - indexel.net
 
Sba

Plus ambitieuses que les moteurs de recherche d’entreprise, les applications orientées recherche ciblent des besoins métiers précis. Une alternative à de lourds projets de développement et d’intégration.

 

1. Une approche transverse pour répondre à des besoins métiers

« Les Search Based Applications sont des applications basées sur une technologie de moteur de recherche, pour chercher des informations dans de multiples sources différentes et les présenter de manière digeste », résume Hans Josef Jeanrond, directeur marketing de Sinequa, société spécialisée dans la recherche sémantique. Les SBA se différencient des moteurs de recherche classique par le fait qu'elles répondent à des besoins métiers précis. De plus, les informations sont intelligemment rassemblées afin d'être pertinentes à un certain moment d'un processus. « On anticipe même l'information dont l'utilisateur peut avoir besoin et on la pousse vers lui », explique Hans Josef Jeanrond.

2. Donner une vue à 360 degrés

L'application la plus typique est la vue à 360 degrés d'un client ou d'un produit, par exemple dans un centre d'appels. Micropole a pour sa part réalisé une application de mise en correspondance de demandes et de biens immobiliers. Elle rapproche des données issues du Web, des données géographiques et des données à la fois structurées et non structurées décrivant les demandes. Les questions sont exprimées en langage naturel et les réponses sont restituées sous la forme d'un plan sur lequel on peut cliquer sur les offres pour faire apparaître leur version structurée. « Sans SBA, il aurait fallu cumuler un système d'information géographique (SIG), un moteur de recherche et un outil qui effectue des requêtes SQL », explique Gilles Moujeard, directeur de la practice ECM chez Micropole. L'approche SBA est d'autant plus transverse que l'utilisateur ne connaît pas a priori les applications sous-jacentes. « Les SBA sont souvent développées dans le cadre d'un projet comptant plusieurs applications afin de faciliter l'accès à toutes les données qu'elles gèrent », précise Pascal Anthoine, directeur de la practice EIM chez Micropole.

3. Gérer les données non structurées et identifier les informations importantes

Les SBA présentent donc l'avantage d'agréger des données structurées et non structurées (emails ou documents variés). De plus, elles offrent une capacité d'analyse linguistique et sémantique qui permet de rapprocher des concepts gérés différemment par chaque application, et d'identifier les informations importantes. Les concepts chargés positivement ou négativement sont en effet identifiés et le curseur va directement au bon endroit. « Une SBA dédiée à un service de support identifiera l'e-mail incendiaire envoyé la veille par le client qui est en ligne », cite ainsi Hans Josef Jeanrond (photo).

4. Une alternative à des projets d'intégration classique

Morgan ZimmermanLes SBA sont parfois utilisées en lieu et place d'applications classiques, en indexant uniquement des données structurées issues de CRM et autres ERP, afin d'en accélérer la mise à disposition. L'approche SBA relève donc alors d'une intégration d'applications à moindre coût, d'autant qu'elle est non intrusive vis-à-vis de l'existant. Elle permet également de résoudre un problème d'élasticité. « Seul un moteur de SBA garantit qu'on exploite toutes les données d'un ERP comme SAP, avec de bonnes performances et pour un coût raisonnable », donne en exemple  Morgan Zimmerman (photo), directeur des ventes Exalead chez Dassault Systèmes. « Et leur utilisation est immédiate car il n'est pas nécessaire de savoir quelle application gère les données que l'on cherche », ajoute Gilles Moujeard.

5. Des limites partiellement contournées

Une SBA ne fait toutefois pas la même chose qu'une application classique. « Elle répond à 80 % des besoins pour dix fois moins cher et dans un délai bien plus court », résume Hans Josef Jeanrond. Ainsi, il n'est pas question pour l'utilisateur de modifier les informations agrégées. Il peut toutefois remonter de la donnée vers l'application car le lien vers celle-ci peut être conservé, à condition qu'elle soit en mode web.

Pascal AnthoineAutre limite : la cohérence des informations n'est pas garantie. « Les rapprochements réalisés par une SBA sont flous car les informations émanent de sources qui identifient souvent les mêmes données, par exemple des noms propres, de façon légèrement différente », explique, Pascal Anthoine (photo). Et d'ajouter : « pour rétablir la cohérence, il peut être nécessaire d'ajouter des référentiels et thesaurus. »

6. Des solutions complètes intégrant des connecteurs

Les principaux spécialistes des SBA se nomment Dassault Systèmes (avec ses applications Exalead), Sinequa ou Polyspot, auquel s'ajoutent des projets open source comme Solr. Ils proposent des environnements de développement et des panoplies de connecteurs vers les progiciels et autres sources de données. « Ce sont des connecteurs temps réels qui captent toutes les nouvelles données en quelques secondes », commente Morgan Zimmerman. Ces produits intègrent un moteur d'analyse sémantique livré avec un ensemble d'ontologies qu'il est possible d'enrichir. Enfin, des composants graphiques visuels sont dédiés à la personnalisation des informations.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages