Jeudi 14 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS, MANAGEMENT

Bureautique : quelles alternatives à Microsoft ?

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 08/02/2005 - indexel.net
 

Selon le cabinet Giga Group, Microsoft détiendrait 96 % du marché mondial des suites bureautiques. Il existe pourtant des alternatives plus économiques et offrant sensiblement les mêmes fonctionnalités avec des interfaces utilisateurs très proches.

 

Pourquoi choisir une alternative ?

 

La première motivation est économique puisque les principaux concurrents de la suite Microsoft Office sont 30 à 100 % moins chers. La gratuité n'est toutefois pas forcément considérée comme un avantage par les entreprises. "A tort, elles préfèrent généralement payer afin de pouvoir se retourner contre quelqu'un en cas de difficulté. C'est pourquoi certaines d'entre elles optent pour StarOffice, la version payante d'OpenOffice", constate François Cerbelle, directeur informatique de la SSII Genicorp, dans laquelle il a systématisé l'usage d'OpenOffice.org.

 

La seconde motivation est politique. "Nombre de nos clients optent pour WordPerfect Office simplement pour échapper à Microsoft", affirme ainsi Olivier Rondeau (photo), responsable grands comptes chez Corel. Bien souvent, l'entreprise se contente d'ailleurs de brandir cette menace afin d'assouplir l'attitude de Microsoft. L'ergonomie et la palette des fonctionnalités ne sont en revanche pas de véritables arguments, tant le leader a mis la barre haut. Ses concurrents se contentent donc de s'aligner. Tout au plus Corel vante-t-il la possibilité de générer des documents PDF ou celle de réaliser des calculs dans un tableau du module traitement texte, comme s'il s'agissait d'un tableur.

 

Quels sont les produits concurrents ?

 

Tous les concurrents intègrent les trois principaux modules que sont le traitement de texte, le tableur et l'outil de présentation. Dans le monde du logiciel libre, la suite la plus connue est donc OpenOffice.org, dérivé de StarOffice de Sun. Parmi les logiciels payants, il y a également WordPerfect Office de Corel. Pour clore le chapitre des suites traditionnelles, Smart Office d'IBM continue une carrière entamée, comme l'offre de Corel, il y a plus de dix ans. Mais l'éditeur ne semble plus guère motivé. "Nous en vendons surtout via le web et plutôt aux PME", précise Thomas Coustenoble (photo), responsable marketing chez IBM Lotus. Ce fournisseur met davantage en avant Lotus Workplace Documents, qui relève d'une approche complètement différente. Il s'agit d'un ensemble de modules couplés à une petite gestion documentaire. Ses différentes fonctions sont déployées en mode client riche, sous la forme de programmes Java automatiquement téléchargés (mais uniquement en cas de mise à jour) et exécutables sous Windows, Macintosh ou Linux. "Les fonctions de Lotus Workplace Documents couvrent les besoins de 80 % des utilisateurs, qui bien souvent se limitent à la lecture de documents ou à de petites modifications", argumente Thomas Coustenoble.

 

Les suites bureautiques qui intègrent un SGBD

 

A l'instar de chez Microsoft, la version WordPerfect Office Pro ajoute un SGBD associé à un outil de développement. Il s'agit en l'occurrence de Paradox qui s'adresse toutefois davantage aux développeurs qu'aux utilisateurs finaux, alors que MS Access (intégré dans MS Office Pro) peut être considéré comme un outil de productivité personnelle. Le module Approach de Smart Office est à la portée de tous mais reste loin des fonctionnalités d'un Paradox ou d'un Access. Quant à OpenOffice.org, une prochaine version sera livrée avec un SGBD. En attendant, il faut se contenter d'un module d'interrogation de bases SQL.

 

Quel est l'effort de migration ?

 

Hormis le déploiement proprement dit, le gros de l'effort concerne la formation des utilisateurs. Tous les concurrents de Microsoft mettent en avant une interface graphique très proche de celle de MS Office. Dans le cas du traitement de texte WordPerfect, il est même possible d'activer une interface strictement identique à celle de Word. Concernant OpenOffice.org, François Cerbelle (photo), directeur informatique de la SSII Genicorp, estime que deux jours de formation suffisent : "l'utilisateur retrouvera ensuite en moins d'une minute l'équivalent de n'importe quelle fonction d'Office".

 

Quant à la reprise des fichiers, elle ne pose aucun problème, à condition de rester ensuite dans le format natif du nouvel outil. "Dans le cas contraire, c'est-à-dire lorsque le but est de partager des documents entre des postes sous Word et sous OpenOffice, des petits problèmes de mise en page peuvent se poser", prévient François Cerbelle, également auteur d'un livre sur la migration vers OpenOffice.org : "Passer à OpenOffice", publié aux éditions O'Reilly.

 

Les principales suites bureautiques du marché


Produit
Editeur
Tableur, traitement de texte, présentationSGBDPrix
WordPerfect Office
CorelOuiNon270 euros
WordPerfect Office ProOuiParadox380 euros
Smart Office
IBM
OuiApproach226 euros
Lotus Workplace DocumentsOuiOui29 euros par utilisateur
OpenOffice.org
Logiciel libreOuiNonGratuit
MS OfficeMicrosoftComptabilité, finances, paie, GRC, gestion de production, gestion des ressources humainesAccess485 euros
MS Office ProOuiNon585 euros
StarOfficeSun MicrosystemsOuiAdabas100 euros


 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages