Mercredi 18 octobre 2017
NASDAQ : 6626.0654 2.1362   nasdaq0.03 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS

Client riche : les PGI migrent massivement !

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 01/02/2006 - indexel.net
 

La vague du client riche déferle sur les progiciels de gestion intégrés. Quelques précurseurs avaient démarré avec des solutions propriétaires. Aujourd'hui, les éditeurs sont séduits par Ajax, Flash/Flex ou Eclipse RCP, des technologies qui cherchent à s'imposer en tant que standards.

 

Le concept de client riche concilie les avantages du client léger et ceux du client lourd. En toute logique, les éditeurs de progiciels devraient s'orienter vers le client riche dit autonome, le client riche Internet étant pour sa part plutôt dédié aux applications déployées sur le Web (notre article). Mais en pratique, la frontière est mince. D'abord parce que nombre d'éditeurs étaient partis, au début des années 2000, sur des interfaces Web de type HTML dont le client riche Internet est un prolongement logique. Ensuite parce que certaines fonctions des PGI doivent être accessibles via le Web à des clients, partenaires et autres employés nomades ou occasionnels.

 

SAP et Oracle préfèrent le client riche Internet

 

Ainsi, plusieurs éditeurs, dont les deux plus importants, ont fait le choix du client riche Internet. Pour deux de ses trois progiciels de gestion, SSA a opté pour Ajax, client riche Internet par excellente. SAP a pour sa part développé une technologie propriétaire baptisée Web Dynpro qui supporte différents types de clients, pour l'instant lourds (Windows) ou légers (HTML).

 

"Mais en réalité, les Web Dynpro peuvent générer sur le navigateur une interface proche de ce que l'on obtient avec Ajax, dont ils sont en fait très proches", explique Jean-Michel Franco (photo), responsable marketing solutions chez SAP. Cet éditeur a également sélectionné l'autre grande technologie de client riche Internet. Il s'agit de Flash et Flex de Macromedia, désormais supportés par son outil Visual Composer. Celui-ci est généralement dédié à la construction des applications SAP les plus simples, et utilisé par l'éditeur lui-même pour le développement du module SAP Analytics.

 

Quant à Oracle, il a fait un choix Ajax très clair. L'éditeur avait pourtant déjà un client riche basé sur des applets Java. "Mais il nécessitait l'installation de classes sur le poste client, qu'il fallait donc administrer. C'est pourquoi nous avons décidé de ramener tous les traitements sur le serveur", explique Dalil Djidel (photo), consultant technique avant-vente Oracle Business Suite. En l'occurrence, Oracle a lancé un environnement de développement J2EE, Oracle Application Development Framework (OADF), qui permet notamment de développer des applications dont le client est de type Ajax. Tous les modules des différents progiciels de l'éditeur seront progressivement réécrits sous OADF, y compris le futur Fusion Application, qui concrétisera la convergence de tous ses progiciels, dont certains sont issus des rachats de PeopleSoft et JDEwards.

 

Solutions propriétaires ou client riche standard

 

De nombreux éditeurs, souvent de taille modeste, choisissent pour leur part le client riche autonome. "Seul celui-ci permet une interaction de l'application avec les outils bureautiques. C'est d'ailleurs la vraie force du client riche par rapport au client léger", explique Didier Taormina (photo), directeur du marketing produits chez Sage. Certains se sont lancés il y a deux ou trois ans, alors que l'offre était encore vierge. Sage, Cegid et Ordirope sont ainsi partis sur des technologies propriétaires, avec un petit run-time installé sur le poste client à partir d'un navigateur, l'interface utilisateur étant générée par un flux de messages XML.

 

Mais les technologies candidates au rang de standard pointent le bout de leur nez. SSA a ainsi choisi, pour son offre issue du rachat de Baan, la technologie de client riche de Sun (Java Swing et Java Web Start). De son côté, Ordirope est actuellement en train de migrer, de sa solution de client riche propriétaire vers l'environnement Eclipse RCP.

 

Quelques progiciels de gestion intégrés passés au client riche

 

Editeur
Progiciel
Type de client riche
Cegid Group
Cegid
Propriétaire (.NET et depuis peu, Java)
Oracle
Oracle Business Suite, PeopleSoft et JDEdwards
Ajax (réécriture progressive de tous les PGI Oracle, sous l?environnement OADF de l?éditeur)
Ordirope
OMinos EAS (Enterprise Application Solution)
Propriétaire mais migration en cours vers Eclipse RCP
Sage
Sage Integral, Adonix et Sage 1000 Immobilisations (courant 2006)
Propriétaire sous Windows.
SAP
SAP
Propriétaire (avec les Web Dynpro, technologie SAP proche d'Ajax)
Visual Composer (outil visuel pour développer des applications SAP simples)
Flash et Flex de Macromedia
SSA
SSA ERP LX et
SSA CRM powered by Epiphany
Ajax
SSA ERP LN (issu de Baan)
Java Swing et Java Web Start

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages