Vendredi 20 octobre 2017
NASDAQ : 6605.0669 19.1533   nasdaq0.29 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS, SUR LE TERRAIN

Dossier médical partagé : une réalité en Franche-Comté

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Ghislain Laporte le 30/08/2005 - indexel.net
 

L'Agence régionale d'hospitalisation (ARH) de Franche Comté assure le suivi médical de plus de 700 000 patients via le portail collaboratif fc-santé.org. Le témoignage d'Hervé Barge, chargé de mission télé-médecine.

 

Le "Dossier médical partagé" (DMP) est un projet national qui recouvre des enjeux critiques de santé publique. La Franche-Comté joue à ce titre un rôle pionnier en étant la première région à disposer d'un DMP interopérable avec l'ensemble des structures médicales de la région et accessible aux patients. "700 000 habitants de la région disposent aujourd'hui d'un identifiant unique reconnu par l'ensemble des structures médicales et plus de 30 000 dossiers sont d'ores et déjà actifs", souligne Hervé Barge (photo ci-dessus), chargé de mission SI télé-médecine au sein de l'ARH Franche-Comté.

 

Éviter des centaines de milliers d'hospitalisations

 

Le projet conduit par l'ARH Franche-Comté repose sur le partage temps réel de l'information médicale via un portail d'accès collaboratif accessible via le Web par l'ensemble des professionnels de santé de la région. Ainsi, les radios et examens sanguins effectués dès la naissance d'un nouveau-né sont immédiatement accessibles par le pédiatre via le portail. Le DMP va ensuite s'enrichir tout au long du parcours de santé de ce nouveau patient.

 

"Cet historique accessible en temps réel améliore considérablement la qualité des prescriptions et du suivi médical des patients. Il permet notamment d'éviter les risques liés aux interactions médicamenteuses qui occasionnent chaque année des centaines de milliers d'hospitalisations", souligne Blondine Mulin (photo), coordinatrice du réseau de périnatalité de la région. Ce système permet en outre de réduire les risques d'erreurs engendrés par la ressaisie d'informations et accroît la productivité des praticiens. "Les 10 à 15 minutes exigées jusqu'à présent pour la ressaisie des informations relatives au passé médical du patient sont désormais réduites à quelques secondes", ajoute Blondine Mulin.

 

Une réactivité immédiate qui permet de réduire le taux de décès

 

Le projet a été initié en 2003 par la mise en oeuvre d'un Backbone offrant des capacités de transfert de 34 à 155 Mbits/s et le déploiement progressif de lignes spécialisées haut débit vers les Centre hospitaliers et les points d'accès des différentes structures médicales de la région. Il conjugue en outre deux défis techniques : l'échange d'informations multiples et hétérogènes (diagnostics, prescriptions, images, signaux physiologiques...) et la confidentialité de l'information. "Le partage des données hétérogènes issues des vingt applications spécifiques couvrant l'ensemble des spécialités médicales s'effectue à travers le format d'échange standard XML", décrit Hervé Barge. Le couplage des annuaires LDAP des patients et des professionnels de santé permet en outre de garantir l'interopérabilité de l'ensemble des acteurs et le système d'identification délimitant l'accès des différents familles d'utilisateurs, patients, praticiens, de préserver la confidentialité des données.

 

Si les bénéfices du DMP restent encore difficilement quantifiables, le seul projet relatif à la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux conjugue d'ores et déjà deux bénéfices majeurs. "Chaque minute compte pour ce type de pathologie et le partage immédiat de l'information entre les services d'urgence et de neurologie permet de réduire considérablement le taux d'accidents et de décès qui surviennent lors du transport des patients entre ces différents services", insiste Hervé Barge. Ce projet représente un coût total 300 000 euros répartis entre le serveur de transfert d'images, les postes de télé expertise et le développement d'un logiciel spécifique. Mais près de 1,5 million d'euros ont d'ores et déjà été économisés en trois ans sur le seul transport des malades.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages