Mardi 12 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS

Quid de la géolocalisation indoor

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 06/06/2012 - indexel.net
 
Geolocalisation-nouvel-eldorado-mobilite

La géolocalisation indoor prolonge des applications déjà déployées en extérieur. Elle pourrait démultiplier son intérêt car l'activité économique est concentrée dans les bâtiments et autres lieux publics fermés.

 

La géolocalisation indoor était jusqu'à présent cantonnée à des niches comme la localisation de matériels coûteux ou de personnes dépendantes dotés de terminaux dédiés (notre article : Géolocalisation des objets, la technologie est mûre). "Aujourd'hui, elle devient une extension de la géolocalisation outdoor, essentiellement pour les piétons en environnement urbain équipés de smartphones", explique Pierre Varrod, associé chez Insiteo. Et cette évolution n'est pas anodine car si en extérieur, la géolocalisation a trouvé son marché dans le guidage, le retour sur investissement est moins évident dans le domaine commercial (recherche de points d'intérêts...). "C'est en réalité en intérieur que se situe l'essentiel de l'activité économique", remarque en effet Christian Carle, PDG de Pole Star. Ces zones indoor sont des aéroports, stations de métro, gares, centres commerciaux, musées, salons et autres foires. Pole Star a ainsi équipé le centre commercial des Quatre temps à la Défense, ainsi que l'aéroport de Roissy.

Des applications qui optimisent le panier d'achats

Dans ces lieux publics, le guidage des clients et l'optimisation du panier d'achat sont les principales applications, d'ailleurs souvent liées. Il s'agit par exemple de diriger un client occasionnel d'une grande surface vers le rayon qu'il cherche, ou d'orienter un habitué vers la promotion qu'il a repéré sur un prospectus. "On augmente le panier moyen par utilisateur en fournissant l'information la plus pertinente", résume Christian Carle. Le guidage en indoor intéresse aussi des équipes d'interventions (comme des pompiers), de maintenance ou de sécurité. "Dans un aéroport ou une gare, de nombreux sous-traitants pourraient utiliser ou développer des applications basées sur la technologie de géolocalisation déjà déployée par leur client", considère Christian Carle.

Pierre VarodAutres applications : la protection de travailleurs isolés (comme un technicien surveillant une usine automatisée), la sécurité des enfants ou la localisation des amis. "La plupart de ces applications existent déjà en extérieur, il s'agit maintenant d'assurer une transition sans couture avec l'intérieur", précise Pierre Varrod (photo). Enfin, la géolocalisation indoor génère des masses de données qui peuvent être soumises à des outils de datamining afin d'identifier les zones chaudes et froides - par exemple les rayons les plus fréquentés d'un supermarché.

Une technologie basée sur le Wi-Fi avec une précision de 2 à 5 mètres

Une solution de géolocalisation indoor repose sur une batterie de bornes Wi-Fi dont la densité détermine la précision, environ deux à cinq mètres. Proposée par des éditeurs comme Insiteo ou Pole Star, une plate-forme logicielle installée sur un serveur ou embarquée dans les smartphones calcule la position une à deux fois par seconde. Une opération de calibrage est préalablement nécessaire. "Elle est réalisée en quelques heures par un opérateur qui parcourt certaines allées du site, dont la cartographie existe déjà", précise Christian Carle.

Wi-Fi et smartphones : la reprise de l'existant pose question

Benoît ManginLes solutions logicielles s'accommodent d'une infrastructure Wi-Fi standard mais récente. "Depuis deux ans, nos bornes Wi-Fi sont compatibles avec différentes solutions du marché", affirme ainsi Benoit Mangin (photo), directeur commercial Europe du Sud chez le constructeur Aerohive Networks. Mais côté terminaux, l'iPhone pose problème car Apple interdit l'utilisation de ses APIs pour une géolocalisation Wi-Fi. "Nous avons contourné l'écueil sans imposer des bornes Wi-Fi spécifiques", se contente de préciser Christian Carle. Tandis que Insiteo a opté pour la mise en œuvre de bornes modifiées.

Des développements réduits au minimum

Hormis l'infrastructure Wi-Fi, il s'agit de développer l'application smartphone qui permettra par exemple d'orienter le visiteur d'un magasin vers une promotion repérée sur le site Web du supermarché. Les plates-formes d'Insiteo et de Pole Star déchargent le développeur de la problématique de géolocalisation et lui fournissent des services de calcul d'itinéraire, d'édition de cartes ou de notification d'entrée ou de sortie d'une zone.

Christian Carle"Grâce à cette plate-forme et aux services Web déjà déployés par l'entreprise, l'effort de développement se réduit à celui de n'importe quelle application mobile", précise Pierre Varrod. Le surcoût de la géolocalisation est raisonnable. "Le coût de notre plate-forme est de 10 000 à 15 000 € pour la mise en œuvre initiale puis de 8 000 à 40 000 € par an selon la surface", affirme Christian Carle (photo), évoquant un déploiement dans un centre commercial.

Acteurs locaux versus Google et autres opérateurs télécoms

Pour l'instant, il faut développer une application smartphone par lieu car chaque aéroport ou centre commercial veut la sienne. "Mais à l'avenir, des grands acteurs nationaux ou mondiaux voudront couvrir de nombreux lieux", prévoit Christian Carle. Google a ainsi lancé une expérimentation consistant à étendre Google Maps à certains lieux publics, comme le métro de Boston. "Google va chercher à maîtriser les revenus, ce que nombre d'entreprises locales éviteront en construisant leurs propres applications", anticipe Christian Carle.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages