Lundi 11 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS, INFRASTRUCTURE

Les EDI traditionnels migrent vers Internet

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 26/10/2005 - indexel.net
 

Les échanges en XML n'ayant pas supplanté les EDI à la norme EDIfact, ceux-ci délaissent les coûteux réseaux à valeur ajoutée pour migrer vers Internet grâce aux normes EDI-INT. Mais les réseaux spécialisés n'ont pas dit leur dernier mot !

 

Depuis des années, on prédit que les EDI traditionnels vont migrer vers des standards basés sur XML et emprunteront les chemins de l'Internet. En pratique, ces nouvelles normes placées notamment sous le signe d'ebXML peinent à s'imposer. L'essentiel des échanges reste donc basé sur EDIfact et passe par des réseaux à valeur ajoutée (RVA) tels que GXS, Allegro ou Atlas 400, jugés très coûteux par les entreprises. Faute d'une massive migration vers XML et Internet, la communauté EDI a défini des protocoles destinés à transporter des messages EDIfact sur l'Internet. Regroupés sous le sigle EDI-INT (EDI-Internet integration), ils sont au nombre de trois - AS1, AS2 et AS3 (AS comme Applicability Statement), respectivement basés sur SMTP (messagerie asynchrone), HTTP (protocole synchrone sur lequel repose le Web) et FTP (transfert de fichiers).

 

Des échanges sécurisés

 

Le protocole AS2 est de loin le plus utilisé, notamment dans la grande distribution. AS1 est souvent jugé plus simple à mettre en oeuvre mais ne se développe guère que dans le monde de la publicité. Quant à AS3, plus récent, il n'est pratiquement pas mis en oeuvre. Ces trois protocoles permettent des échanges sécurisés grâce à un chiffrement et une gestion des acquittements. En principe, la fiabilité est identique à celle des réseaux à valeur ajoutée mais le passage par des réseaux publics n'est jamais anodin.

 

"Toute connexion du système d'information à l'Internet implique une problématique de sécurité beaucoup plus forte que pour les réseaux X25 ou le RTC, habituellement utilisés pour les échanges EDI", affirme Cyril Duret (photo), consultant B-to-B chez Unilog. Ces protocoles permettent le transport de n'importe quel type de document mais, de par leur origine, ils sont en pratique réservés aux échanges EDIfact.

 

Attention aux coûts cachés !

 

Parce qu'ils passent par l'Internet, les protocoles AS1, AS2 et AS3 sont sources d'importantes économies. Mais leur mise en oeuvre génère aussi des coûts. En effet, l'entreprise doit déployer un serveur HTTP (dans le cas d'AS2), convaincre ses partenaires, réaliser des tests avec chacun d'entre eux - ce qui revient à créer autant de liaisons point à point - puis assurer au quotidien le support.

 

"Les tests ne prennent que quelques heures mais il faut multiplier ce délai par le nombre de partenaires, qui se comptent parfois en centaines. De même, en cas de panne du serveur, il faudra gérer un afflux soudain d'appels téléphoniques. On réserve donc généralement ces protocoles aux aux partenaires les plus importants, soit 10 à 20 % d'entre eux", explique Christophe Viry (photo), directeur commercial d'Influe-Illicom. Les réseaux à valeur ajoutée (RVA) restent alors utilisés mais pour des volumes beaucoup plus faibles, voire simplement en back-up. Leur coût, fonction du nombre de messages, reste alors dans des limites raisonnables.

 

Vers une évolution des réseaux à valeur ajoutée

 

Pour autant, explique Cyril Duret (Unilog), les RVA conservent un énorme avantage : "il suffit d'une seule connexion pour dialoguer avec une communauté toute entière". Ayant identifié la menace des échanges directs via l'Internet, les opérateurs de RVA ont réagi en supportant AS1, AS2 et AS3, permettant ainsi à chaque entreprise d'atteindre immédiatement ses partenaires désirant exploiter ces protocoles. RVA et Internet ne sont donc plus antinomiques, du moins d'un point de vue technique. Car il reste cette problématique de coût qui amène nombre de responsables informatiques à se détourner des réseaux à valeur ajoutée.

 

Yann Le Layec, en charge du business development chez GXS leur répond : "notre modèle économique essentiellement basé sur les volumes va évoluer vers une tarification forfaitaire mensuelle avec un nombre de messages presque illimité". Parallèlement, certains éditeurs de traducteurs EDI comme Edicom ou Influe-Illicom profitent de cette évolution vers EDI-INT pour proposer des plates-formes d'hébergement en mode ASP qui, dans le principe, sont proches des RVA. "Techniquement, ce sont des concurrents directs mais en pratique, nous fournissons un support et un niveau de disponibilité bien supérieur", affirme Yann Le Layec. Chez Influe-Illcom, on se contente d'admettre que le taux de disponibilité est légèrement inférieur, soit 99,7 % contre 99,9 %.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages