Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS, SUR LE TERRAIN

Les moteurs de recherche, porte d'entrée du commerce en ligne

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Frédéric Bordage le 23/04/2008 - indexel.net
 
Cvd_entree_commerceligne

Les sites marchands oublient trop souvent le rôle fondamental des moteurs de recherche pour doper leurs ventes et mieux comprendre leurs clients. Un point complet des éléments clés avec Fabrice Lacroix, spécialiste du domaine.

 

Créé en 1999, Antidot développe et commercialise des solutions d'accès à l'information : moteurs de recherche, catégorisation et navigation dans l'information, solutions de veille, etc. Pour son fondateur Fabrice Lacroix, même si les sites marchands optimisent leur référencement, ils sous-estiment encore trop souvent l'intérêt des technologies de recherche pour leur propre site web. Et passent ainsi à côté de belles opportunités.

Pourquoi considérez-vous que le moteur de recherche est la "porte d'entrée" des sites marchands ?

Fabrice Lacroix (photo) : Une étude de la Fédération de la vente à distance (Fevad) montre que 30 % des visiteurs de sites marchands utilisent les moteurs de recherche proposés par ces sites pour trouver les produits qu'ils désirent. Le moteur de recherche se positionne donc comme un élément clé des ventes. De plus, une étude de Xiti Monitor portant sur 200 millions de visites montre que l'internaute a tendance à revenir souvent sur un site s'il trouve facilement le contenu qu'il recherche. La durée moyenne de visite passe ainsi de 5 à 18 minutes, avec un taux de "revisite" par jour supérieur à trois fois. C'est donc un véritable outil de fidélisation.

Quelles sont les qualités requises pour un moteur de recherche intégré à un site marchand ?

L'outil doit être intuitif (accès en un clic et tolérance orthographique), précis et rapide (quasi temps réel). Il faut aussi prendre en compte la dimension métier du vendeur et ne pas se limiter à la recherche pure. La dimension de conseil est par exemple une donnée importante. Ainsi, le moteur doit contribuer à orienter le choix des internautes, à proposer des produits se rapprochant au plus près des attentes formulées et des articles complémentaires au produit sélectionné (suggestion automatique d'articles connexes (cross selling), ou proposition de produits similaires à coût supérieur mais offrant de meilleures fonctionnalités (up selling).

Associez-vous les configurateurs (matériel informatique par exemple) aux moteurs de recherche ?

Oui. Les moteurs de recherche de dernière génération offrent des fonctions de navigation très avancées avec, entre autres, la possibilité pour l'utilisateur de préciser tous les critères techniques du produit recherché de façon intuitive et contextuelle puisque seuls les critères correspondant à des produits existants sont proposés. L'utilisateur bénéficie donc d'une meilleure compréhension de l'offre et des produits, tout en disposant d'une assistance au choix.

Le rôle d'un moteur n'est-il que de rechercher de l'information ?

Non. C'est également un excellent outil pour mieux comprendre les attentes de ses clients. Le marchand doit prêter attention aux recherches les plus fréquentes, aux mots-clés utilisés, et aux requêtes qui restent sans réponse. Il pourra alors adapter son offre et la description de ses produits, enrichir le dictionnaire des synonymes et donc mieux appréhender ses clients et prospects. Le moteur peut aussi suggérer des articles connexes ou complémentaires de celui recherché par l'internaute et ainsi compléter et étendre l'offre du marchand.

Pensez-vous que les microformats joueront un rôle important dans la recherche de produits ?

Oui. Ils vont jouer un rôle fondamental dans les années à venir. Sur le plan technique, ils apportent une première réponse simple et immédiate aux enjeux et promesses du web sémantique sans avoir à mettre en oeuvre des technologies complexes comme le RDF (Resource Description Framework).

Et dans le cas spécifique des sites marchands ?

Les microformats sont particulièrement adaptés pour le marquage des éléments clés d'un catalogue : nom du produit, catégorie, prix, référence, caractéristiques principales. Encore faut-il qu'un standard émerge sur le choix des "balises". Cet étiquetage des données sera plus utile aux moteurs grand public et aux comparateurs qu'aux moteurs internes qui exploitent déjà le catalogue de façon native ; sauf à ce que les fabricants fournissent les fiches descriptives marquées avec les microformats. Mais là encore, on retombe sur le problème de la standardisation.

Et les API web publics de Google, Yahoo! et consorts ?

Les API web 2.0 disponibles pour faire des "mashup" sont évidemment très intéressantes mais doivent être utilisées à bon escient afin de ne pas perdre l'utilisateur à travers des gadgets qui n'apportent pas de réel service. Leur intérêt dépendra fortement du contexte applicatif. Pour un site vendant des "objets localisés" (dans le tourisme par exemple), l'intérêt d'un service de cartographie est évident. Mais il l'est moins pour un vendeur de téléviseurs.

LIRE AUSSI
 
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages