Mercredi 18 octobre 2017
NASDAQ : 6626.1421 3.067   nasdaq0.05 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS

Microsoft Office et OpenOffice.org : quelle compatibilité ?

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 14/02/2007 - indexel.net
 

Tandis que la suite libre OpenOffice.org 2.0 intéresse un nombre croissant d'entreprises, MS Office 2007 va prendre le relais d'Office XP. Migration, cohabitation, nécessité de lire des fichiers venant de l'extérieur : la compatibilité entre tous ces produits devient critique.

 

1. OpenXML contre ODF : chacun son format basé sur XML

 

OpenOffice et Office 2007 ont tout deux inauguré des formats de documents bureautiques reposant sur le langage XML. Celui de Microsoft se nomme OpenXML, tandis que celui d'OpenOffice a été baptisé Open Document Format (ODF). Mais le principe est le même. Au lieu d'un traditionnel fichier binaire, chaque document est un fichier ZIP qui, une fois décompressé, fait apparaître plusieurs sous-répertoires et fichiers décrivant des aspects différents du document.

 

Par exemple, dans un fichier Word, il y aura un fichier XML pour le texte, un autre pour les propriétés et d'autres encore pour les images ou les commentaires, avec également un fichier mettant en relation toutes ces données. "Cette architecture facilite le travail du développeur désirant modifier tel ou tel aspect d'un document ou l'intégrer dans une application métier", explique Marc Gardette (photo), responsable stratégie chez Microsoft.

 

2. Fonctionnalités : avantage à Microsoft ?

 

Chez Microsoft, on revendique une supériorité d'OpenXML, notamment au niveau des schémas métiers, qui permettent de décrire et échanger des données et règles métiers avec des applications externes. Avec ODF, il est, au mieux, plus difficile de parvenir au même résultat. "D'autre part, OpenXML prend en compte des fonctionnalités spécifiques à Office 2007, comme des animations évoluées dans PowerPoint ou le coloriage de cases en fonction de leur valeur dans Excel", ajoute Ronald Bainey (photo), directeur des solutions chez Avanade. Pour les besoins bureautiques courants, ces différences sont marginales.

 

3. Normalisation : une bataille sans vainqueur

 

ODF avait pris l'avantage en obtenant les tampons de l'OASIS et de l'ISO. Microsoft a répondu en normalisant OpenXML à l'ECMA et bientôt à l'ISO. Le reste est affaire de querelles. Le camp ODF reproche ainsi à Microsoft d'avoir déposé un dossier énorme (6 000 pages). "L'ISO ne le lira pas correctement car il faut compter en moyenne une page par jour", affirme Sophie Gautier (photo), responsable du projet francophone OpenOffice.org et membre du comité de pilotage international. Chez Microsoft on ironise en notant que c'est la première fois qu'il lui est reproché de fournir trop de documentation. Marc Gardette rétorque en outre que "les 600 pages du dossier ODF sont insuffisantes. En particulier, la façon dont sont stockées les feuilles de calculs n'est pas décrite". Selon les partisans de l'ODF, cette lacune est due à un désaccord, provisoire et sans conséquence sur la compatibilité, entre OpenOffice.org et KDE. En final, il n'y aura sans doute aucun gagnant. "Mais il est quand même dérangeant que deux formats concurrents soient normalisés à l'ISO", regrette Sophie Gautier.

 

4. Des convertisseurs et traducteurs de fichiers prochainement disponibles

 

La conversion des fichiers se heurte à une limite : les différences fonctionnelles entre suites bureautiques sont au mieux interprétées, au pire ignorées. Entre ODF et OpenXML, un traducteur bidirectionnel est en cours de finalisation sous la houlette de la SSII française Cleveredge et de Microsoft et Novell, dans le cadre de l'accord de coopération que les deux éditeurs ont récemment signé. Dans les mois qui viennent, ce traducteur sera intégré dans Office 2007 sous la forme d'un plug-in. OpenOffice aura le sien plus tard. A noter que si ODF est le format natif d'OpenOffice 2.0, les anciennes versions de la suite ne le supporteront que moyennant une mise à jour vers la 1.15.

 

Parallèlement, OpenOffice 2.0, à l'instar de la 1.x, assure une compatibilité bidirectionnelle avec les formats d'Office XP. "Le seul bémol concerne les graphiques mais il sera réglé d'ici trois mois", précise Sophie Gautier. De son côté, Office 2007 reprendra tous les fichiers des précédentes versions d'Office. Dans le même temps, un Compatibility Pack, téléchargé en cas de besoin, permettra prochainement à Office 2000, 2003 et XP de lire les fichiers Office 2007 et inversement.

 

5. Macro-instructions : traduction ou émulation

 

Les langages de macro-instructions de MS Office et OpenOffice sont radicalement différents. Novell a lancé il y a quelques mois un émulateur (en open source) qui permet à OpenOffice d'exécuter les macros MS-Office. Mais il ne fonctionne que sur les plus simples. "Lorsqu'elles sont trop compliquées, il faut envisager de les remplacer par une application métier", estime Ronald Bainey. Parallèlement, Sun a intégré à Star Office (sa version d'OpenOffice), un traducteur propriétaire. Son efficacité est également limitée aux cas les plus simples mais ses performances sont meilleures que celles d'un émulateur.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages