Jeudi 14 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS, MATERIELS

PDA ou PC portable : quatre critères pour les départager

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 29/06/2004 - indexel.net
 

Sur tout projet d´application métier mobile, la première décision consiste souvent à choisir le type de terminal. Ceci conditionnera l´architecture générale de la solution ainsi que le progiciel ou l´environnement de développement. Quatre critères pour choisir.

 

 

1. Le métier des utilisateurs

A priori, les PDA sont plus particulièrement indiqués pour les techniciens de maintenance alors que les PC portables seront mieux adaptés aux commerciaux itinérants. Toutefois, la réalité est plus contrastée. "Lorsque les interventions des techniciens nécessitent peu de saisie, le PDA suffit. Mais dans le cas contraire et surtout s´il faut consulter une documentation, le PC prend le pas", explique Christophe Claudel, PDG d´Itelios. Quant aux commerciaux, le PC portable - encombrant et long à mettre en route - risque d´instaurer une barrière avec les clients. En fait, cela dépend du nombre de visites par jour et de leur durée. Plus ce nombre est faible, plus le PC marque des points. Autre facteur : la longueur des saisies qui tend à pénaliser le PDA.

2. Les contraintes applicatives

Lorsqu´un commercial doit montrer des présentations ou des vidéos, le PC semble indispensable. Toutefois, l´écart avec les PDA se réduit, ces derniers atteignant maintenant la définition du demi VGA, voire, chez Toshiba, du VGA. De plus, les PDA sont désormais équipés de tous les outils de visualisation nécessaires et peuvent même être connectés à un vidéo-projecteur (moyennant une interface VGA optionnelle). "Entre les PC qui deviennent ultraportables et la montée en puissance des PDA, il y a désormais une continuité", estime Christophe Claudel (photo ci-dessus). D´autant que ce phénomène de convergence se retrouve au niveau des architectures logicielles (Java et Microsoft. NET), des outils de développement et des offres en progiciels.

3. L'autonomie et l'ergonomie

Souvent, la seule problématique de l´autonomie suffit à disqualifier le PC, qui culmine à quatre heures. Avec parfois moins de six heures, les PDA ont certes perdu en autonomie ce qu´ils ont gagné en puissance et en fonctionnalités. "Mais il est facile d´emporter plusieurs batteries amovibles que l´on peut changer à chaud, du moins avec les produits les plus récents", argumente Rémy Poulachon, responsable de l´offre mobilité chez Micropole Univers. Côté ergonomie, le PDA est préférable lorsque l´utilisateur reste debout, par exemple dans le cas d´une saisie sur le terrain. De même lorsqu´il n´est pas habitué à l´outil informatique. Mais à l´inverse, les utilisateurs familiers du PC devront suivre une formation pour se familiariser avec l´ergonomie certes simple mais spécifique des PDA.

4. Les coûts

"De nombreux clients penchent a priori pour le PC en se disant qu´ils pourront récupérer telles quelles leurs applications Windows existantes, ce qui évitera de se lancer dans de coûteux développements spécifiques", constate Rémy Poulachon (photo). Et d´ajouter : "parfois c´est un bon raisonnement mais nous essayons de les convaincre que les véritables critères de choix résident dans le métier, l´ergonomie ou l´autonomie, ce qui nous amène souvent à conseiller le PDA". D´autant que cette économie potentielle disparaît totalement dans certains cas. "Lorsque le progiciel déjà déployé dans l´entreprise a été porté sur PDA par l´éditeur, le coût de la licence est le même, quel que soit le type de terminal", confirme Christophe Claudel. Quant au coût du terminal lui-même, il est à l´avantage des PDA, du moins dans l´entrée de gamme. Pour certaines applications très simples, ce seul critère peut mettre hors course le PC. En somme, c´est le PDA ou rien.

Quelles alternatives aux PDA et aux PC ?

Les alternatives se réduisent pratiquement aux smartphones et aux tablettes PC, qui jouent dans des registres très différents. "Les smartphones sont peu ergonomiques et handicapés par la variété des systèmes d´exploitation et de leurs déclinaisons. Leur créneau se restreint aux applications horizontales, c´est-à-dire la consultation de la messagerie ou de l´agenda partagé", affirme Rémy Poulachon. Quant aux tablettes PC, elles cumulent une partie des avantages des PC portables et des PDA mais souffrent de leur prix, généralement supérieur à 2 500 euros. "De plus, elles sont fragiles et contrairement aux PDA, elles deviennent inutilisables lorsque le stylo est perdu car l´écran sensitif est électromagnétique et non tactile", complète Rémy Poulachon. Mais depuis peu se profile une autre alternative au PDA, apparemment exotique mais de plus en plus sérieusement étudiée. Il s´agit des stylos électroniques qui permettent de saisir du texte - par exemple des ordonnances ou des rapports d´intervention - puis de les transférer sur des PC dont ils deviennent complémentaires.

Lire également notre article : Une charte pour la mobilité

 

 

 

 

 

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages