Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS

Poste de travail en ligne : la solution idéale pour les PME ?

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 06/10/2010 - indexel.net
 
Poste-travail-virtuel

Basculer vos postes de travail en ligne offre de nombreux avantages. À condition que cette migration ne pose pas de problème d’intégration entre logiciels métier et bureautiques.

 

Le poste de travail actuel va-t-il évoluer vers un simple terminal connecté accédant à des logiciels en ligne ? C'est la direction que semblent prendre des entreprises comme Roberto Cavalli et Malakoff Mederic (notre article : Malakoff Mederic adopte Google Apps pour ses 6 000 utilisateurs) qui utilisent Google Apps ou bien encore Carglass et Orange qui utilisent Salesforce.com. L'offre est-elle mature au point de migrer toutes les applications du poste de travail en ligne ? Et quels sont les avantages et les inconvénients pour les PME ? La réponse de deux experts.

Tout d'abord, "il ne faut pas confondre les véritables solutions SaaS [ndlr : Software as a Service], en mode 'multitenant' ou multilocataire qui sont les véritables solutions innovantes avec les logiciels hébergés ou en mode ASP, qui consistent simplement à gérer pour le compte du client une solution classique hébergée à distance", précise Louis Naugès, président de Revevol International, un des experts français de ces outils. Les logiciels en ligne (SaaS) sont accessibles à la demande, via un simple navigateur et ils peuvent être loués pour quelques semaines à plusieurs années.

Les PME, cible privilégiée des logiciels SaaS

Les avantages des logiciels SaaS sont nombreux : absence d'infrastructure technique de type serveurs au sein de l'entreprises, accès à des solutions de qualité, disponibles 24 heures sur 24, réduction importante et rapide des coûts informatiques, absence d'équipe technique interne, basculement des investissements vers des coûts de fonctionnements, etc. Et contrairement aux idées reçues, la sécurité et la confidentialité ne sont pas des freins réels pour les PME (notre article : Services SaaS, l'externalistion de la sécurité ne fait plus peur). "Les PME comprennent très vite que les niveaux de sécurité et de confidentialité des données proposés par les fournisseurs de solutions SaaS sont mille fois supérieurs à ceux qu'elles auraient avec des solutions équivalentes en interne", constate Louis Naugès.

La bureautique et le CRM bien couverts

louis nauges"Les deux grands succès actuels du SaaS – le CRM et la bureautique collaborative – couvrent les besoins prioritaires d'une PME", constate Louis Naugès (photo). Parmi ces outils, les plus connus sont Google Apps et Zoho pour les outils de collaboratifs, Salesforce.com et Nelis pour les outils de gestion de la relation client, SuccessFactors et TalentSoft pour la gestion des ressources humaines.

Le niveau de couverture et de maturité est plus nuancé pour les logiciels métiers. Les éditeurs se concentrent alors sur des métiers très structurés, qui comptent au minimum plusieurs dizaines de milliers d'utilisateurs, et dont la structure ne permet pas de disposer d'un service informatique, comme les experts-comptables ou les agriculteurs, entre autres. "Pour tous ces utilisateurs, l'informatique a toujours été de la bureautique ou du service hébergé. La fusion de ces deux approches leur paraît naturelle. D'autant que les besoins d'intégration sont faibles", remarque Jérémy Chatard, directeur technique de Breek, un spécialiste du web 2.0.

La difficile intégration des outils hébergés

L'intégration est le principal point faible des logiciels SaaS (notre article : Pas de Saas sans intégration). Bien que ces outils proposent presque tous des fonctions évoluées d'import et d'export de données, il est impossible d'automatiser simplement des échanges continus. Les éditeurs tels que Google ont donc assemblé des postes de travail complets par rachats successifs. Au point que Google Apps propose aujourd'hui tous les outils bureautiques standard : messagerie, VoIP, agenda, tableur, traitement de texte, logiciel de présentation, etc.

"Attention cependant à ne pas confondre largeur et profondeur de la couverture fonctionnelle", met en garde Jérémy Chatard. "Les logiciels SaaS sont plus simples que leurs homologues client-serveur. Ils se concentrent sur les fonctions essentielles", explique-t-il. "Ce qui constitue leur principal intérêt car c'est ce que recherche les clients "normaux", et en particulier les PME, pour gagner en productivité", ajoute Louis Naugès.

Des logiciels bientôt aussi mobiles que les autres

jérémy chatardLa mobilité est à la fois un point fort et le dernier point faible de ces outils. "Il y a moins de dix ans, accéder à distance au système d'information était un véritable casse-tête technologique", rappelle Jérémy Chatard (photo). Avec les outils en ligne, la généralisation des hot-spots Wi-Fi et des accès 3G+ permet à une PME d'accéder à son système d'information quasiment de n'importe où pour un coût dérisoire. Tout n'est cependant pas encore parfait. Le mode connecté a fait un formidable bon en avant avec Google Gears. Mais il faudra attendre la banalisation de HTML 5 (notre article : HTML 5, futur système d'exploitation web) pour que "le mode déconnecté" soit banalisée dans les applications SaaS et bien pris en compte par les navigateurs modernes.

Changer les habitudes

Au final, le principal frein à l'adoption de ces outils en PME n'est pas technique mais humain. "Nos jeunes collaborateurs travaillent naturellement avec ces outils en ligne. En revanche, certains de nos clients qui ont toujours connu la suite Office ont plus de mal", constate Jérémy Chatard. Ces outils imposent en effet de changer certaines habitudes. Dans Google Apps, par exemple, les pièces jointes sont remplacées par des liens et les messages regroupés par sujets sous la forme de conversations. Le lien n'est plus le document (en tant que contenant) mais le sujet (en tant que contenu).

Un progrès parfois difficile à appréhender. "Une gestion performante du changement est indispensable pour préparer les collaborateurs et leur faire découvrir les différences avec le monde classique", estime Louis Naugès. Pour gérer ce changement en douceur, Revevol conseille à ses clients, PME ou grands groupes, de conserver leurs logiciels traditionnels lorsqu'ils ont déjà payé la licence et d'évoluer vers les versions SaaS de ces logiciels lorsque les licences arrivent à expiration ou que l'entreprise souhaite changer de version.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages