Mardi 17 octobre 2017
NASDAQ : 6625.8604 1.8467   nasdaq0.03 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS

Progiciels de gestion en mode hébergé : les stratégies

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 27/06/2007 - indexel.net
 
Lci_progiciel_gestion

Longtemps timides par rapport à la location d'applications en mode hébergé, les éditeurs de progiciels de gestion adoptent une démarche plus volontariste en mettant en avant la disponibilité, la facilité de déploiement et la maîtrise des coûts.

 

La location d'application en mode hébergé n'est pas l'eldorado promis par certains au début des années 2000. Si elle a fait son chemin dans certains domaines comme la gestion de la relation client (GRC), elle peine encore à investir celui des progiciels de gestion. Pourtant, certains éditeurs ciblant les PME, comme Cegid, Divalto ou Générix Group, adoptent depuis peu une attitude plus volontariste. Ce regain d'intérêt s'accompagne d'un changement de vocabulaire. Passé de mode, le sigle ASP (application software provider) et son équivalent français FAH (fournisseur d'application en mode hébergé) laissent la place à celui de SAAS (software as a service).

1. Des avantages désormais centrés sur la disponibilité

Généralement compris entre 50 et 100 euros par utilisateur et par mois, le coût lui-même n'est plus un critère de choix du mode ASP. C'est plutôt la maîtrise de ces coûts qui séduit car ce mode de commercialisation offre une visibilité sur plusieurs années. "Mais au-delà de cette problématique budgétaire, c'est davantage la notion de disponibilité continue qui motive les entreprises, ainsi que les mises à jour transparentes et régulières", explique Didier Taormina (photo),directeur du marketing produits chez Sage. Autre avantage : le déploiement est grandement simplifié. Pour les entreprises de petite taille mais comptant de nombreux petits sites, le mode ASP s'impose ainsi de lui-même.

2. Des plates-formes techniques spécifiques

Pendant longtemps, ces services ont été basés sur des plates-formes qui n'étaient pas véritablement partagées. Chaque client avait en effet, chez le prestataire, un environnement sinon matériel, au moins logiciel, qui lui était entièrement dédié. Dans ces conditions, difficile pour le prestataire de réaliser des économies d'échelles. Ainsi procède par exemple Boost, fournisseur ASP du progiciel Divalto. Or, l'éditeur de ce progiciel a depuis peu transformé sa plate-forme technique. "Elle peut désormais être mutualisée, ce qui permet d'accueillir de nombreux clients sur un même serveur", explique Thierry Meynle (photo), directeur général de Divalto.

3. Des approches commerciales spécifiques

Les traditionnels contrats de licences sont mal adaptés au mode ASP. Pourtant, nombre d'éditeurs n'ont pas laissé d'alternative aux prestataires ASP tiers, contraints d'acquérir préalablement des licences. Depuis peu, ces éditeurs proposent des modes de tarification vraiment adaptés. Parallèlement, ils tendent à monter leurs propres offres de services, quittes à en déléguer la commercialisation. C'est le cas de Divalto qui vient de déployer une plate-forme technique en partenariat avec IBM. Elle sera exploitée, en marque blanche, par des prestataires tiers dont le premier se nomme Prodware.

Sage ou Cegid préfèrent pour leur part commercialiser eux-mêmes leurs offres hébergées. "La maîtrise de toutes les composantes techniques nous permet de proposer un service global avec des engagements qui nous différencient de la concurrence", argumente Christophe Raymond (photo), directeur technique de Cegid. À l'opposé, Générix Group laisse ce soin à un spécialiste de l'ASP - Aspaway - qui d'ailleurs fait lui-même appel à un hébergeur (IBM).

4. Des fonctionnalités et des interfaces utilisateurs qui convergent

Le client lourd ayant joué les prolongations, beaucoup d'offres en mode ASP ont été basées sur un déport de l'interface Windows. Mais aujourd'hui, la plupart des éditeurs proposent des interfaces web éventuellement basées sur la technologie Ajax. Leur ergonomie se rapproche ainsi de celle de l'interface Windows, qui tend même à disparaître. Une aubaine pour les offres ASP, vers lesquelles la migration devient transparente, dès lors que l'on conserve le même progiciel.

La stratégie de quelques éditeurs ciblant les PME

Progiciels concernés
Editeur
Stratégie
Toute la gamme Cegid
Cegid
Service et plate-forme d'hébergement proposés par l'éditeur lui-même.
Toute la gamme Divalto
Divalto
Plate-forme d'hébergement mise à disposition des prestataires ASP tiers (Prodware en est le premier bénéficiaire). A noter que Boost proposait déjà une offre ASP basée sur Divalto.
Toute la gamme Générix
Générix Group
Offre ASP construite avec Aspaway, partenaire exclusif pour ce mode de commercialisation.
Aucun
Qualiac
L'éditeur ignore pour l'instant le mode ASP.
Seulement Sage Paye, Sage CRM, Sage ATL
Sage
Service et plate-forme d'hébergement proposée par l'éditeur lui-même. Fonctionnalités limitées à la paye, le CRM et l'offre verticale ATL (agro, transport, logistique).
LIRE AUSSI
 
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages