Lundi 11 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS, SUR LE TERRAIN

Quand les CCI se mettent au travail collaboratif

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Sébastien Chauveau le 07/02/2007 - indexel.net
 
Cvd_travail_collaboratif

Les chambres de commerce et de l'industrie de Saumur, Cholet et Angers génèrent un flot considérable de données. A la fin de l'année, elles seront équipées d'un véritable portail collaboratif.

 

Les chambres de commerce et de l'industrie (CCI) du Maine-et-Loire (49) s'apprêtent à mutualiser leurs informations. Jusqu'à présent, aucun échange de données n'était intégré d'un établissement à l'autre. Hormis la CCI d'Angers, qui disposait d'un serveur dédié avec une ergonomie de partage des fichiers peu efficiente, pour le reste, l'e-mail était le seul moyen de faire circuler de l'information entre les six entités, réparties sur tout le département. "Cela nous posait beaucoup de soucis. Car nous sommes de gros collecteurs et producteurs de données, qu'il nous faut ensuite gérer et dispatcher", reconnaît Cyrille Laheurte, directeur général adjoint de la chambre de commerce et de l'industrie d'Angers.

 

Pour organiser leur communication interne, rationaliser leurs procédures administratives et optimiser leurs relations avec les entreprises partenaires, d'ici à 2008, toutes les CCI du Maine-et-Loire vont donc s'unir autour d'un outil de travail collaboratif, la plate-forme OpenPortal Xnet d'OpenPortal. "Cela devenait urgent. Car, en plus des flux générés par nos 300 collaborateurs internes, nous devions aussi nous occuper de ceux qui sont émis par nos intervenants extérieurs, c'est-à-dire ceux de nos élus", indique Cyrille Laheurte (photo).

 

120 000 euros : le coût du bureau virtuel

 

OpenPortal Xnet est un outil de création de portails collaboratifs "full web", développé en environnement Microsoft.NET sur SQL server, qui s'appuie sur une architecture n-tiers. Autrement dit, la communication interne des CCI du Maine-et-Loire passera dorénavant via un portail intranet qui donnera accès aux annuaires de toutes les antennes ainsi qu'à leurs informations pratiques, et qui permettra de partager les agendas et d'abriter les procédures administratives comme les demandes de congés et d'achats, ou encore les publipostages. A terme, un extranet sera déployé. Il offrira un accès aux partenaires des CCI, qui pourront ainsi partager leurs ressources.

 

"A Angers, nous sommes en fin de développement et d'installation de la plate-forme. Cela nous a coûté 80 000 euros. Il nous a fallu deux mois pour créer nos modules, revoir nos formats et reprendre nos données. Une fois l'outil abouti, nous l'installerons ensuite sur les autres sites", commente Cyrille Laheurte. L'addition grimpera alors à 120 000 euros. Le souhait de tous : que la plate-forme collaborative devienne le bureau virtuel des CCI du Maine-et-Loire.

 

Une mise en place laborieuse

 

Pour sa part, la chambre de commerce et de l'industrie de Nantes Saint-Nazaire (44) utilise aussi la plate-forme d'OpenPortal. Mais elle y est, ici, en service depuis deux ans déjà. On en a donc un peu plus de recul que les voisins. "A la différence d'avec les CCI du Maine-et-Loire, qui s'en serviront pour régenter leur communication et leur administration, nous employons cet outil pour gérer nos formations continues, longues et en alternance. Plus exactement, ce ne sont pas que des documents et de la gestion de temps que nous partageons, ce sont également des référentiels de cours, des applications métiers, des plannings de matériels et de locaux", explique le directeur des services informatiques, Pascal Bosser (photo).

 

La migration vers l'outil collaboratif d'OpenPortal a nécessité, pour la chambre de commerce et de l'industrie de Nantes Saint-Nazaire, une refonte complète de ses processus. Il a fallu reconsidérer les méthodes de travail. Notamment abandonner les fichiers Excel et les bases de données élaborées sous FileMaker pour ne faire plus qu'un applicatif. "Nous commençons tout juste à obtenir des gains de qualité et de productivité", avoue Pascal Bosser. Des gains de temps de l'ordre de 40 % ont néanmoins été obtenus sur certains postes. Malgré les 150 000 euros investis par cette CCI, la mise en place de la plate-forme collaborative n'a pas été d'une grande simplicité. Certes, l'outil était porteur. Mais des modules complémentaires ont dû être développés en cours de projet. Pour arriver, aujourd'hui, à un outil standard et stabilisé.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages