Mercredi 30 juillet 2014
NASDAQ : 4462.902 20.204   nasdaq0.45 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS, SUR LE TERRAIN

Solution Linux 2005 : Dolibarr séduit les petites entreprises

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par David Thévenon le 08/02/2005 - indexel.net
 

A l'occasion du salon Solutions Linux 2005, nous avons rencontré trois utilisateurs de cet ERP libre pour PME. Ils nous expliquent les raisons qui les ont poussé à retenir Dolibarr plutôt qu'un logiciel propriétaire concurrent.

 

Indexel : Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à déployer Dolibarr plutôt qu'un autre ERP ?

 

Mathias Wolff, directeur commercial, groupe Comtep : Nous recherchions un ERP qui réponde à nos besoins à un prix acceptable. Nous avons étudié Pimengest, SQL-Ledger et un certains nombre d'ERP open source. Mais ces logiciels étaient soit incomplets, soit mal adaptés à notre activité. Dolibarr répondait à nos contraintes les plus importantes : pas d'installation sur le poste client, une interface web pour un accès multi-agences via ADSL, et, du point de vu fonctionnel, une gestion commerciale et un module de facturation. La possibilité de modifier simplement les propositions commerciales et d'adapter l'ERP en fonction de nos besoins était un atout important.

 

Matthieu Fauveau (photo), directeur technique chez Deckmatt : Dolibarr nous a permis de remplacer un logiciel propriétaire trop coûteux, bogué et très peu intuitif qui nous a dépannés au lancement de notre activité. Dès que nous en avons eu le temps, nous avons cherché une solution libre. Nous avons étudié PimentGest (trop lourd à installer et adapter) et SQL-Ledger (très évolué mais présentant trop de restrictions pour une société facturant à la fois des services et des produits). Les utilisateurs ont été séduits par l'interface intuitive de Dolibarr et notre développeur PHP a également apprécié la qualité du code et le niveau d'activité du projet.

 

Sylvain Scattolini, indépendant (S-InfoServices) : Dolibarr est une solution très aboutie qui permet de gérer complètement mon activité. Quand on débute une activité, on n'a pas forcement des budgets pour tout. J'ai préféré économiser sur mon PGI afin de consacrer plus de budget à la promotion de mon activité.

 

Quels modules avez-vous déployé et comment s'est passé cette mise en oeuvre ?

 

Mathias Wolff : Trois personnes (dix à terme) utilisent les modules CRM, finance et gestion des produits. L'installation du serveur Linux et de Dolibarr a nécessité une journée, suivie de deux jours de paramétrage incluant devis et factures types. Nous avons réalisé le déploiement en interne, sans aide extérieure. Nous nous sommes essentiellement heurtés à la documentation trop succincte.

 

Matthieu Fauveau : Deux responsables de facturation manipulent les modules CRM, finance (factures et banque), gestion des produits et projets, travail collaboratif. Notre comptable (externe à la société) ne tarit pas d'éloges sur l'utilité de la consultation à distance. L'installation complète a nécessité une journée : quatre heures pour le serveur Linux Debian et Dolibarr et une demie journée pour la personnalisation des modèles de factures et de propositions commerciales. Il est évident que si vous ne connaissez pas les langages utilisés, un projet comme Dolibarr est difficile à déployer, notamment parce que l'interface d'installation n'est pas encore finalisée. En termes de maintenance, nous participons à la correction des bogues, comme la plupart des autres utilisateurs.

 

Sylvain Scattolini (photo) : J'utilise les modules CRM, finance (comptabilité, trésorerie), produits/services et projets. Il m'a fallu une journée de travail en comptant la création du modèle de facture. Le paramétrage est clairement l'étape la plus longue. D'autant que la documentation laisse à désirer. Heureusement, la communauté des utilisateurs de Dolibarr est très active. Les retours d'expérience des autres utilisateurs sont facilement accessibles au travers d'outils de communication variés : listes de discussion des utilisateurs et des développeurs, forum, canal IRC, FAQ, etc.

 

Un ERP est soumis à une évolution constante de son environnement juridique. Ne craignez-vous pas que votre outil ne soit pas maintenu ?

 

Mathias Wolff : Non. Les projets open source utilisés par un grand nombre de sociétés ne tombent jamais aux oubliettes. Ils sont toujours mis à jour soit par l'équipe originelle, soit par d'autres.

 

Matthieu Fauveau : Non. Dolibarr est un programme de qualité, très modulable, donc facile à maintenir et faire évoluer. De plus, de nombreuses sociétés se tournent vers l'open source face aux tarifs des solutions propriétaires. La communauté de Dolibarr devrait s'agrandir, ce qui est un gage de pérennité et la garantie d'une mise à jour rapide de l'outil.

 

Sylvain Scattolini : Dolibarr a besoin d'un plus grand nombre d'utilisateurs pour assurer sa pérennité. Mais le recourt à un logiciel open source est moins risqué. Si un éditeur de PGI propriétaire met la clé sous la porte, ses utilisateurs sont coincés car ils n'ont pas accès au code source. Sans parler des fichiers au format propriétaire qui sont irrécupérables.

 

Finalement, quels bénéfices retirez-vous de l'utilisation d'un ERP open source ?

 

Mathias Wolff : Nous avons économisé entre trois et sept jours de prestations de SSII (hors formation) ainsi que près de 6000 euros de coûts de licence (Windows et PGI).

 

Matthieu Fauveau : La mise en place de Dolibarr ne nous a rien coûté. Un logiciel commercial aurait entraîné des achats de matériel ainsi qu'une souscription annuelle pour accéder au support technique et aux mises à jour. Sur la durée, ce coût aurait été trop important. Dolibarr possède aussi des fonctionnalités très pratiques qui font gagner un temps fou par rapport à d'autres outils concurrents. De plus, si nous rencontrons un problème, nous sommes en mesure de le corriger nous-mêmes.

 

Sylvain Scattolini : J'ai économisé aux alentours de 600 euros auxquels il faut ajouter la licence Windows et le coût de la maintenance. Mais le principal bénéfice est la possibilité de gérer mon entreprise, créer des factures, des devis, des mouvement bancaires, etc. de n'importe où à l'aide d'un simple navigateur. Mon comptable peut même se connecter directement depuis son bureau !

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages