Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Aménager le poste de travail d'un employé handicapé

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Sébastien Chauveau le 03/05/2006 - indexel.net
 

L'aménagement du poste d'un employé handicapé n'est pas toujours objectif. Il tient rarement compte du travail prescrit et du travail réel. L'avis des spécialistes et les solutions disponibles.

 

"La meilleure adaptation est celle qui ne se voit pas", estime Vincent Guilloux, ingénieur ergonome pour le cabinet Solutions Productives. En effet, l'arrivée, dans une entreprise, d'un travailleur handicapé est souvent vécue comme une interrogation. En plus de la situation physique, à laquelle l'encadrement et les collègues de l'intéressé doivent s'habituer, il y a l'aménagement du poste de travail. "C'est un vrai souci car c'est souvent fait sans tenir compte du travail prescrit (les tâches affectées à l'employé handicapé) et du travail réel (ses besoins)", confie Vincent Guilloux. Ce qui aboutit à du sur ou du sous-équipement, qui peut mettre la personne handicapée dans un contexte d'exclusion ou de surprotection.

 

Idéalement, il est donc conseillé, avant d'embaucher un employé invalide, de se tourner vers des spécialistes. Les ergonomes, regroupés en syndicat, font partie de ces spécialistes, comme les ergothérapeutes. Ils savent analyser l'activité et voir où sont les gênes rencontrées par l'employé handicapé dans l'exercice de son métier. "C'est d'autant plus facile que dans les domaines de la bureautique et de l'informatique tout est adaptable, même s'il faut parfois procéder à quelques développements. Les aides techniques proposées aujourd'hui s'intègrent parfaitement au monde de l'entreprise", soutient Vincent Guilloux.

 

Pour les sourds et les malentendants

 

Pour les sourds et les malentendants, l'essentiel des adaptations reposent sur les outils de communication. Pour ceux qui sont atteints d'une surdité profonde, l'e-mail et les SMS sont parfaits. Il existe même des applicatifs qui transforment le langage écrit en langage des signes. "En fait, avec les déficients auditifs profonds, il est important de toujours illustrer ce que l'on dit", explique Pascale Gauchet, ergothérapeute et chargée de mission au Centre de ressources sur les aides techniques, informatiques et bureautiques de Bretagne (Adaptech Bretagne). Ce n'est pas forcément le cas avec les sourds appareillés, à qui il reste un minimum d'audition. Pour eux, on peut avoir recours aux boucles magnétiques (individuelles ou collectives), qui sont généralement compatibles avec tous les appareillages, ou encore à des flashs, des vibreurs et des amplificateurs de sonnerie et de téléphone. Avec de tels équipements, un employé malentendant peut, comme n'importe quel autre, réceptionner des appels téléphoniques, suivre une réunion ou une conférence.

 

Pour les déficients moteurs

 

Il y a autant de possibilités d'aménagement du poste de travail pour les travailleurs handicapés moteurs qu'il y a de handicaps moteurs. Ne serait-ce que pour les monomanuels (comprenez : une seule main), il existe plusieurs solutions d'adaptation en fonction des tâches à accomplir et de la qualité de la mobilité du membre valide de la personne. "Ce peut être un petit clavier, avec ou sans pavé numérique ou, inversement, un clavier plus grand qu'à l'ordinaire, avec ou sans guides doigts", commente Pascale Gauchet. On trouve aussi tout un arsenal de souris destinées à compenser bon nombre de problèmes de déplacement de la main. Elles se déclinent du trackball à la souris anti-tremblements, à la souris verticale, etc.

 

Pour les employés handicapés moteurs plus lourdement atteints, les outils de reconnaissance vocale constituent d'excellentes aides techniques. Elles permettent une navigation et une saisie identique à un employé valide. "Tout comme sont aussi très intéressants les claviers virtuels et les logiciels de prédiction de mots", souligne l'ergothérapeute de l'Adaptech.

 

Pour les déficients visuels

 

Pour les travailleurs handicapés non et malvoyants, l'informatique a été un bouleversement. L'aide qu'elle leur apporte leur offre un confort de travail et un accès à l'information sans précédent. "Tant et si bien qu'aujourd'hui, hormis les métiers liés à la présentation graphique, les déficients visuels peuvent occuper tous les postes relatifs à la bureautique et à l'informatique", estime Catherine Fréhel, ergonome au Service interrégional d'appui aux adultes déficients visuels (SIADV). Ainsi trouve-t-on, parmi toutes les possibilités d'aménagement destinées aux seuls malvoyants, une myriade de loupes et de télé-agrandisseurs permettant de consulter des documents papier. Mais également des logiciels spécifiques de grossissement de caractère, comme ZoomTexte par exemple, destinés à faciliter la navigation dans les traitements de texte et sur Internet. Tandis que pour les non-voyants, la synthèse vocale, à l'instar de Jaws (entre autres), couplée ou non à un terminal braille, ou encore les machines à lire et les téléphones à grosses touches constituent des aides techniques des plus classiques.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages