Samedi 1 novembre 2014
NASDAQ : 4630.742 64.604   nasdaq1.41 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Bases de données XML : pour faire quoi ?

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 16/10/2002 - indexel.net
 

La catégorisation des informations en XML n´est utile que si l´on dispose d´outils pour l´exploiter. C´est précisément le rôle des bases de données qui, en respectant l´intégrité du document original, proposent des outils de requête et de gestion des versions notamment. Elles facilitent ainsi la gestion de contenus et jouent même un rôle primordial dans les transactions en ligne.

 

Le métalangage XML s´est imposé pour sa capacité à catégoriser l´information sans porter atteinte à l´intégrité du document original. Comme les bases de données relationnelles, le XML "classe" le contenu, mais ne détruit pas pour autant le document original en "rangeant" les informations dans des tables et autres colonnes comme c´est le cas avec le modèle relationnel. Enrichi d´annotations appelées balises, le document XML est conservé dans sa forme initiale.

Cette structuration n´a toutefois de sens que si elle peut être exploitée. Concrètement, cela ne sert à rien de ranger l´information dans des tiroirs s´il faut ensuite les passer en revue avant de retrouver un élément spécifique. Adopter le XML, c´est donc adopter des outils qui tirent parti de la classification opérée par le balisage. Ces outils sont fournis par les bases de données compatibles XML et permettent d´interroger le document, sélectionner les informations, conserver et cataloguer les différentes versions de contenus, etc.

Extraire l'information et la transmettre ou l'exploiter dans d'autres documents

"Le stockage dans une base XML permet d´effectuer des requêtes", souligne François Rivart (photo), responsable de l´activité B2B de la SSII Cross Systems. "Il est alors possible d´appliquer le principe de recherche et d´extraction d´informations à différentes activités telles que le travail collaboratif, la gestion de contenus éditoriaux ou encore les échanges entre entreprises". Catégorisés et classés, les détails d´un projet peuvent en effet être retrouvés plus facilement : il suffit d´une requête pour extraire toutes les informations techniques, par exemple, de documents, courriers électroniques, etc. échangées entre les membres du groupe. Chez Ouest France multimédia, le XML permet d´offrir différentes vues de ses informations générées à partir d´un document : titre et chapeau de l´article uniquement, totalité du document, parties relatives à un sujet spécifique demandé par le visiteur, etc.Automatisé et rapide, ce processus de requête permet à un éditeur de dictionnaire généraliste, par exemple, d´extraire tous les mots relatifs à la botanique et sortir un dictionnaire spécifique. Enfin, toute information extraite d´une base XML est structurée par son balisage, lequel peut être exploité par le destinataire de l´information. Ce dernier peut automatiquement classer l´information dans sa propre base XML, la publier sur son site ou encore dans une base de données relationnelle en s´appuyant sur des mécanismes normalisés de transformation des données pour adapter l´information à son propre format de publication ou de stockage.

Pour conserver une trace des transactions en ligne

Stocker en XML peut également avoir un intérêt légal. De plus en plus d´entreprises impliquées dans les échanges électroniques B2B ou B2C sont en effet confrontées au concept de non répudiation. En d´autres termes, comment prouver que la livraison effectuée est conforme à la commande passée par le client ? Comment conserver une trace de mouvements financiers, comptables, etc. dans un univers virtuel ? La signature électronique, reconnue légalement, n´est une preuve que si l´on est en mesure de certifier que le document qui la contient n´a pas été modifié."Nos clients adoptent le stockage XML pour sa capacité à respecter et conserver le document dans son intégralité", explique Ronald Dat (photo), directeur marketing de Software AG, éditeur de la première base de données XML apparue sur le marché. "Si, par exemple, les informations d´une facture sont éclatées dans une base de données relationnelle, l´intégrité du document original est perdue. Il n´est donc plus exploitable en cas de litige". Dotées de fonctions de gestion des versions, les bases de données XML peuvent en outre cataloguer les évolutions d´un document et ainsi restituer les différentes étapes d´un projet ou d´une commande.

Plus simple d'adopter les bases que le travail induit par XML

Dans tous les cas de figure - gestion de contenu ou historisation de documents - les opérations effectuées par les bases de données XML et leurs outils de requête et de gestion des versions ne relèvent pas du miracle : seule l´information balisée peut être restituée. Lourd, ce travail de balisage peut parfois être automatisé mais implique de profonds bouleversements dans les habitudes de travail des émetteurs de documents, des migrations lourdes en termes de compétences, de solutions techniques, etc. Il convient donc, avant de basculer en XML, de bien peser les implications, le stockage en XML constituant finalement la partie la plus simple d´un tel projet.

Les principales bases XML du marché

La majorité des bases relationnelles du marché - Oracle 9i d´Oracle, Sybase ASE de Sybase, SQL Server de Microsoft, DB2 d´IBM - disposent de fonctions plus ou moins élaborées pour gérer et exploiter les documents en XML. En parallèle de ces offres, il existe des bases de données "natives" XML, conçues spécifiquement pour ne gérer que des contenus XML chez Software AG (Tamino), Ixiasoft (TextML), Ipedo (XML Database), etc.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages