Samedi 21 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Bien choisir son onduleur

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Kerhuel le 02/11/2005 - indexel.net
 

L'onduleur est un maillon essentiel dans la sécurité du système informatique à condition de posséder un modèle parfaitement adapté. Tour d'horizon des différentes technologies et caractéristiques à prendre en compte.

 

L'onduleur est un peu le mal aimé dans la chaîne de sécurité informatique. Qu'il soit présent ou pas, personne ne voit la différence jusqu'au jour où une coupure de courant survient. Ceux qui en sont équipés ne se rendent compte de rien, mais pour les autres, c'est la catastrophe. Tous les travaux en cours sont perdus, et dans le pire des scénarios les appareils les plus fragiles peuvent être détruits. Dans tous les cas, la remise en marche du système prendra beaucoup de temps. L'onduleur est un élément de sécurité indispensable, à condition bien sûr que l'appareil choisi soit parfaitement adapté aux besoins. Le choix est difficile, car les technologies sont multiples, le nombre de paramètres à prendre en compte très important et les tarifs varient dans de grandes proportions.

Les trois fonctions de base d'un onduleur

Le rôle majeur d'un onduleur est de continuer à fournir de l'énergie électrique aux appareils qui lui sont connectés lorsque survient une panne de secteur. Toutefois, il doit répondre en plus à deux autres missions au moins aussi importantes : réguler la tension afin qu'elle ne sorte pas des limites acceptables et filtrer le courant pour éviter que les parasites n'atteignent les appareils. EDF fournit en principe une tension sinusoïdale à la fréquence de 50 Hz et dont la valeur moyenne (efficace) est d'environ 240 volts. En pratique, si la fréquence est parfaitement respectée (beaucoup d'horloges fonctionnent avec cette base de temps), il n'en est pas de même pour la tension qui peut varier en plus ou en moins. Il peut par exemple arriver qu'elle descende sous les 190 volts. Il en est de même pour le signal qui peut être fortement déformé. Il peut contenir des "harmoniques", c'est-à-dire des signaux de fréquence multiple de 50 Hz pouvant dépasser le mégahertz, ainsi que des signaux aléatoires que l'on appelle "bruits". De plus, ce courant subit parfois des microcoupures. Tous ces parasites passent généralement inaperçus, mais sont la cause de bien des problèmes tels que les échauffements dans les câbles, le vieillissement prématuré des composants ou même des pertes de données. Ces parasites sont générés par divers appareils, les ordinateurs et les moteurs électriques en particulier en étant une source bien connue. Le rôle de l'onduleur ne se limite donc pas à fournir de l'énergie lors d'une panne, mais également à délivrer un courant stable, régulé et débarrassé de tous les parasites.

Des technologies adaptées à chaque usage

Un onduleur est constitué d'un "redresseur" qui transforme le courant alternatif du secteur en courant continu destiné à charger les batteries, d'un ensemble de batteries et enfin d'une troisième partie, qui est l'onduleur proprement dit. Celui-ci transforme le courant continu provenant des batteries en courant alternatif 50 Hz 240 Volts. On peut classer les onduleurs selon trois types de technologies.

Le premier, nommé "Off Line" est le moins performant, mais le plus économique. Dans celui-ci, les appareils sont reliés directement au secteur et l'onduleur ne se met en marche que lors d'une coupure de courant, ou lorsque la tension descend sous un certain seuil prédéfini. Cette mise en route est très rapide, quelques millisecondes tout au plus. Elle est généralement bien supportée par les alimentations à découpage des ordinateurs modernes, mais cela peut malgré tout être trop long pour des équipements très sensibles. De plus, malgré la présence de filtres, les parasites parviennent toujours à passer. Dernier défaut enfin, la tension électrique n'est pas régulée du tout. Les onduleurs "Off Line" doivent par conséquent être réservés à des postes de travail dans des zones peu perturbées, ou à un usage domestique.

Le deuxième type d'onduleurs nommé Line Interactive, est basé sur le même principe, mais en plus du filtrage, la tension de sortie est contrôlée. La qualité du courant est donc meilleure, toutefois la tension de sortie n'est pas parfaitement stable et quelques parasites parviennent encore à traverser les filtres. Dans le troisième type enfin, nommé "On Line double conversion", le courant est délivré en permanence par l'onduleur. Les appareils à protéger sont par conséquent totalement déconnectés du secteur, la tension est parfaitement stable et débarrassée des parasites. C'est la technologie On Line qui doit être choisie pour protéger les serveurs, les commutateurs ou tout autre appareil stratégique pour l'entreprise. D'autres technologies existent sous d'autres noms, mais ce sont généralement de simples adaptations de ces trois modèles de base.

Cinq onduleurs pour serveur et postes de travail


Marque
Modèle Puissance Plage de tension d'entrée
Autonomie en pleine charge
Autonomie à 50% de charge Prix HT
Liebert GXT2 3000 VA
2100 Watts
119-280 Volts
5 mn
16 mn
1750 euros
MGE
Pulsar Extreme 3000 3000 VA
2000 Watts
84-265 Volts à 50% de charge 8 mn 28 mn 1500 euros
APC
RT 3000 3000 VA
2100 Watts
230 Volts 14 mn 34 mn 1370 euros
Powerware
9125 3000 VA
2100 Watts
160-288 Volts 5 mn 16 mn 1970 euros
Socomec Mod TW30 3000 VA
2100 Watts
230 Volts +/- 20% nc 8 mn à 75% 1100 euros

 

Lire la suite de l'article

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages