Lundi 23 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Cloud "souverain" : quatre questions sur les offres de Cloudwatt et Numergy

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 21/11/2012 - indexel.net
 
Cloud-souverain-quatre-questions-offres-cloudwatt-numergy

Les clouds "souverains" Cloudwatt et Numergy mettent en avant une origine et un hébergement français. Cloudwatt sera davantage dans l’esprit du cloud mais Numergy est déjà disponible.

 

1. Ces offres sont-elles indépendantes de celles de leurs promoteurs ?

L'offre de Cloudwatt est entièrement autonome. "Orange et Thales sont seulement des partenaires industriels. Nous utiliserons des salles blanches fournies par Orange dans lesquelles nous installerons nos propres infrastructures", explique Patrick Starck, président de Cloudwatt.

C'est tout aussi clair dans le cas de Numergy, promu par Bull et SFR. Ainsi, non seulement Numergy propose sa propre offre mais elle sera à la base de celles de SFR et Bull. "D'autres partenaires commercialiseront leurs propres services en y intégrant l'énergie numérique produite par Numergy", précise en effet Philippe Tavernier, président exécutif de Numergy.

2. S'agit-il d'offres IaaS, PaaS ou SaaS ?

Patrick Starck

L'offre de Cloudwatt sera disponible fin 2012 dans une version standard qui sera enrichie d'options dévoilées tous les trimestres. Il s'agira d'une offre IaaS (serveurs virtuels, stockage et réseau) dont les infrastructures seront mutualisées, avec à terme un petit recouvrement sur le PaaS. L'offre sera modulaire avec des options comme une sécurité renforcée ou une synchronisation de données. "Des éditeurs-partenaires pourront proposer des offres SaaS reposant sur notre plate-forme", précise Patrick Starck (photo).

Les services proposés par Numergy depuis début septembre sont également de type IaaS. Trois formules sont proposées : Start (capacités de traitement, stockage et réseaux), Entreprise (développement, test et mise en application) et Critique (services de sécurité élevés). D'autre part, une offre PaaS ciblera prochainement les start-up.

3. Quels sont leurs modes de tarification ?

Chez Cloudwatt, le mode de tarification sera vraiment dans l'esprit du cloud. "C'est un paiement à l'usage avec une granularité de l'heure, voire moins. Les offres de location de machines virtuelles au mois ne relèvent pas du cloud car les ressources sont payées même lorsqu'elles ne sont pas utilisées", explique en effet Patrick Starck, tout en citant Amazon comme le modèle à suivre. Et d'ajouter : "La capacité et la facturation associée pourront augmenter ou diminuer simplement et automatiquement."

Philippe TavernierAlors que l'offre de Numergy est déjà lancée, le mode de tarification n'est pas précisé sur son site, les prospects étant invités à prendre contact avec le service commercial. Ce n'est pas vraiment l'esprit du cloud. Il s'avère que la tarification est pour l'instant mensuelle, avec une remise de 30 % si une machine virtuelle (VM) est éteinte plus de 15 jours consécutifs. "Une facturation à l'heure ou à la minute pourrait être proposée courant 2013", signale Philippe Tavernier (photo).

4. Comment ces nouveaux acteurs cherchent-ils à se différencier ?

L'argument le plus visible de ces deux acteurs est un hébergement en France. Tous deux cherchent également à se démarquer sur la sécurité, la disponibilité et les contrats de services. Mais ces points sont désormais mis en avant par la plupart des acteurs. "Nous nous concentrons sur la réversibilité et la transparence, avec des contrats qui seront lisibles, synthétiques et compréhensibles. Par exemple, le client pourra auditer nos procédures de sécurité", affirme Patrick Starck.

Numergy veut pour sa part se différencier sur des services à valeur ajoutée comme des niveaux de SLA différents (disponibilité de 99,7 à 99,99 % selon la formule), avec des clauses de malus en cas de non-respect. Cet acteur proposera également des services de sécurité, de chiffrement et de load balancing. "Nous sommes en mesure de tracer systématiquement tout ce qui est effectué par nos administrateurs et nous pouvons garantir l'accès depuis le terminal mobile du client", ajoute Philippe Tavernier.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages