Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Cycle de vie des machines virtuelles : les premiers outils arrivent

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 21/01/2009 - indexel.net
 
Connexions.sur.un.serveur.illustrant.le.cycle.de.vie.des.machines.virtuelles

Avec le déploiement d'applications critiques sur des infrastructures virtualisées, VMware, Microsoft ou Novell proposent désormais des outils pour contrôler la création, l'évolution et la destruction des serveurs virtuels.

 

Les entreprises ont pour la plupart mis en place des processus pour gérer le cycle de vie de leurs serveurs physiques. Ainsi, l'achat, la commande, le déploiement, la mise à jour et le retrait d'une machine passent par des demandes qui suivent des workflows de validation. Pour leur part, les machines virtuelles ne suivent guère ces circuits. "La virtualisation se retrouve ainsi exclue des démarches Itil et autres bonne pratiques", remarque Pierre-Antoine Falaux-Bachelot, consultant chez Avanade. Ces machines accueillent pourtant des applications critiques et consomment des ressources physiques et des licences logicielles. Elles ont donc un coût et un impact sur les infrastructures qu'il s'agit de contrôler.

Seul VMware fournit un outil vraiment dédié

La difficulté de la gestion du cycle de vie des serveurs virtuels est accrue par la facilité avec laquelle ils sont créés. "Dans certaines entreprises, ils prolifèrent de façon anarchique et on ne sait plus qui les a créés et si l'on peut les supprimer", constate Sylvain Siou (photo), directeur technique chez VMware. De plus, cette gestion pose des problèmes spécifiques. Par exemple, une même machine virtuelle passera du développement à la production en passant par le test et la préproduction, avec à chaque étape des intervenants différents et des exigences qui évolueront en termes de ressources matérielles.

Ce besoin s'est traduit depuis environ un an, chez Microsoft et Novell, par l'annonce de fonctionnalités intégrées dans des outils d'administration de machines virtuelles à vocation plus générale, tandis que VMware a préféré lancer un outil dédié.

Le support des principaux hyperviseurs

Chez Microsoft, System Center Virtual Machine Manager (VMM) permet ainsi de faire de la délégation de droits et de plafonner les ressources allouées en fonction des utilisateurs propriétaires des machines virtuelles, ou encore, de gérer les modèles (templates) à partir desquelles elles sont créées. En revanche, les fonctions d'approbation sont restreintes. "Elles se limitent à une validation par une seule personne. Pour créer un véritable workflow, nous passons par SharePoint, que nous interfaçons avec VMM", explique Pierre-Antoine Falaux-Bachelot.

Chez Novell, ZenWorks Orchestrator mixe des fonctions d'inventaire de machines virtuelles et de gestion de leurs mises à jour, avec des fonctionnalités de gestion du cycle de vie basées sur un véritable moteur de workflow. Les offres de Novell et Microsoft ont le mérite de supporter les principaux hyperviseurs : Hyper-V, Xen et VMware.

Cycle de vie et prise en compte des coûts

Prenant la forme d'une surcouche de l'outil d'administration Virtual Center, Life Cycle Manager de VMware est au contraire centré sur l'hyperviseur VMware. Moyennant quoi, il va plus loin que ses concurrents dans la gestion du cycle de vie. Il permet notamment de définir des profils types (test, production, etc) en fonction desquels des types de ressources différents seront alloués. On peut également spécifier la durée de vie de chaque machine virtuelle, dont la prolongation éventuelle est soumise, comme lors de leur création, à un véritable workflow.

La dimension coût est prise en compte mais de façon assez sommaire. "Il est seulement possible de fixer en amont un coût moyen par machine virtuelle afin de fournir un ordre d'idée aux approbateurs. Pour une gestion plus fine, il faut recourir à des outils spécialisés avec lesquels il est possible de s'interfacer", précise Sylvain Siou.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages