Samedi 16 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Géolocalisation : des services ASP enfin abordables

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 22/03/2005 - indexel.net
 

Des services de géolocalisation basés sur le GSM ou le GPS permettent désormais, pour un coût raisonnable, de localiser techniciens, livreurs ou commerciaux. Les entreprises devront toutefois respecter une réglementation contraignante.

 

Les services de géolocalisation ont longtemps été réservés au monde du transport. Depuis peu, des offres moins onéreuses font leur apparition. Proposées par Deveryware, Global Staff Consulting (GSC), Webtiss Technologies ou Océan, elles permettent de localiser des employés ou des véhicules pour un coût qui n'excède pas quelques dizaines d'euros par mois et par utilisateur (voir notre tableau ci-dessous). Leur mise en oeuvre est simple : l'application est en mode hébergé (ASP) et les terminaux sont des téléphones mobiles standards ou des boîtiers faciles à installer. De nombreuses entreprises peuvent ainsi envisager de localiser une flotte de commerciaux, de livreurs ou de techniciens afin d'optimiser interventions et livraisons, de redéfinir des secteurs ou... d'éviter les abus.

 

GSM et GPS : deux technologies ciblant des applications différentes

 

Le procédé le plus connu est le GPS, complété par le GPRS pour la remontée des positions vers la plate-forme du prestataire. "Sa précision de quelques mètres permet d'ajouter à la localisation proprement dite, une application d'aide à la navigation", affirme Nicolas Appert (photo), PDG de Webtiss Technologies. Le second procédé est basé sur les réseaux GSM d'Orange, Bouygues et bientôt SFR. Il consiste à identifier la cellule GSM dans laquelle se trouve le téléphone mobile. L'opérateur donne accès à cette information via une plate-forme délivrant les coordonnées géographiques correspondant au numéro d'un mobile.

 

La précision médiocre - environ 500 mètres en ville - est suffisante si l'on veut seulement savoir dans quelle zone se trouve un utilisateur. "La méthode GSM est adaptée aux besoins ponctuels car si l'on veut suivre une personne, il faut effectuer une requête toutes les deux minutes, ce qui s'avère plus coûteux qu'avec le GPS", estime en outre Daniel Auclair (photo), directeur commercial de Deveryware.

 

Des services clés en mains accessibles via le Web

 

Les prestataires de géolocalisation proposent ainsi des services permettant, via une application web, de suivre sur un système cartographique les positions d'un ensemble de personnes ou de véhicules, de générer des alertes (par exemple lorsqu'un utilisateur approche ou sort d'une zone), d'archiver les déplacements ou de rechercher des personnes ou véhicules présents dans une zone. Océan se démarque en ajoutant l'envoi régulier en mode push (par e-mail) de tableaux de bord graphiques personnalisés.

 

"Cette fonction augmente le niveau d'utilisation de ce type de service qui tend à diminuer après les quelques semaines d'engouement initial", précise Olyvia Pilo (photo), présidente d'Océan. De leur côté, Webtiss Technologies, Deveryware et GSC proposent l'intégration des données de localisation dans des applications existantes, par exemple dédiées à la gestion de tournées.

 

Une réglementation contraignante

 

Ces services se basent sur le GPS ou le GSM. Dans le cas du GPS, le prestataire loue ou préconise un ou plusieurs boîtiers. Dans celui du GSM, Webtiss Technologies et Global Staff Consulting recueillent les informations sur la plate-forme d'Orange, tandis que Deveryware laisse le choix entre Orange et Bouygues. Quant au terminal, n'importe quel mobile fait l'affaire.

 

La localisation d'un mobile étant assimilée à celle de son porteur, la CNIL impose l'obtention écrite, par l'entreprise, de l'accord de l'employé, ce qui fait souvent l'objet d'une négociation syndicale. D'autre part, l'entreprise (en pratique, le prestataire) doit mettre en place une procédure permettant de désactiver le service sans avoir à éteindre le mobile. La localisation par GPS étant quant à elle associée à celle d'un véhicule, la seule obligation de l'entreprise est d'informer le chauffeur de la mise en oeuvre du service.

 

Quelques services de géolocalisation en mode ASP


Prestataire
Service
TechnologieCoût
Deveryware
DeverylocGSM0,12 à 0,40 euro par localisation
GPS20 euros par mois et par véhicule (boîtier GPS non fourni, à partir de 500 euros)
Global Staff Consulting
eGeoTrackGSM600 euros de mise en oeuvre puis 6 euros par mobile et par mois
OcéanOcéanGPS40 à 60 euros par mois et par véhicule (location du boîtier GPS et coûts GPRS inclus)
Webtiss TechnologiesGeofleetGSM500 euros par an plus 8 euros par mobile et par mois, plus 0,25 euro par localisation
GPS500 euros par an plus 8 euros par véhicule, plus coûts des connexions GPRS

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages