Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Infrastructures pour clients légers : quelles alternatives à Microsoft ?

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 05/10/2004 - indexel.net
 

L'infrastructure pour clients légers de Microsoft a toujours été concurrencée par celles de Citrix et d'éditeurs plus modestes. La maturité qu'elle atteint dans Windows 2003 a amené ces acteurs à la compléter plutôt qu'à proposer une réelle alternative.

 

Microsoft propose depuis des années sa propre solution d'infrastructure serveurs pour clients légers baptisée Windows Terminal Services. Le principe reste le même : les applications clientes sont exécutées sur des serveurs et leur affichage est déporté sur les postes de travail qui sont soit des terminaux spécialisés, soit des PC dotés d'un logiciel client. Ce déport s'effectue via le protocole RDP (Remote Desktop Protocol) désormais bien optimisé. De plus, l'éditeur offre maintenant une fonction d'équilibrage de charge. Plus généralement, les Terminal Services ont vraiment atteint la maturité dans Windows 2003. Les alternatives proposées par Citrix (le leader de ce marché), le Français Applidis ou l'Américain New Moon (racheté par Tarantella) devaient donc évoluer (voir notre tableau ci-dessous).

 

La guerre des protocoles est terminée

 

Infostance et Tarantella ont d'abord abandonné leurs protocoles propriétaires, préférant se positionner comme une offre exclusivement complémentaire de celle de Microsoft. Citrix met quand même encore en avant le sien (ICA, Independant Computer Architecture) qui consommerait un peu moins de bande passante que RDP. Mais sans conviction. "Aucun test réalisé par un tiers n'a jamais permis de bien comparer les deux technologies mais nous continuons à optimiser la nôtre", affirme laconiquement Rowland Armstrong (photo), responsable marketing produits chez Citrix. D'ailleurs, depuis janvier 2004, l'offre Metaframe Presentation Server de Citrix fonctionne également avec RDP (voir tableau ci-dessous).

 

Ergonomie, sécurité et administration

 

Dès lors, la valeur ajoutée se déplace sur le terrain de l'ergonomie, de la sécurité, de la facilité de déploiement et d'administration ou encore, des performances. Les trois concurrents de Microsoft tiennent sensiblement le même discours. Tout d'abord, leurs solutions permettent de publier des applications, soit via des pages Web, soit par le biais d'icônes générées sur le bureau Windows. Selon leurs profils, utilisateurs et groupes ne voient ainsi que les applications qui les concernent et y accèdent d'un clic.

 

D'autre part, avec Applidis (d'Infostance), Canaveral iQ (Tarantella) ou Metaframe Presentation Server (Citrix), les applications ainsi lancées (qui s'exécutent donc sur un serveur) apparaissent dans des fenêtres identiques à celles tournant sur le poste de travail. "En effet, avec la solution de Microsoft, un nouveau bureau affichant les applications distantes apparaît sur le bureau local, ce qui perturbe certains utilisateurs", estime Christophe Maranzana (photo), responsable de l'offre Applidis chez Infostance. Ces solutions se démarquent encore sur le plan de la sécurité des accès, grâce à un chiffrement des flux, un contrôle d'accès plus fin, voire une infrastructure d'authentification unique (ou single sign on). Quant à l'administrateur, il dispose d'une console Web lui permettant de gérer les profils et de superviser les serveurs.

 

Des politiques commerciales disparates

 

Côté performances, la fonction d'équilibrage de charge est plus sophistiquée. "Avec Windows Terminal Services, il s'agit d'un équilibrage orienté réseau, les sessions étant simplement orientées vers les serveurs qui en exécutent le moins. Canaveral iQ travaille plus intelligemment en tenant compte en temps réel de la consommation CPU et de la mémoire de chaque serveur", explique Eric Malalel (photo), directeur de Lynx, un intégrateur qui met en oeuvre cette solution. Citrix et Infostance avancent le même argument.

 

Infostance et Tarantella se positionnent en fait comme une alternative à Citrix autant qu'un complément à Windows Terminal Services. Ils ciblent en outre plutôt les PME. "Notre offre est moins coûteuse et plus simple à mettre en oeuvre", avance Christophe Maranzana. Citrix propose effectivement des fonctions très sophistiquées qui intéresseront surtout les grands comptes, comme l'administration centralisée de multiples batteries de serveurs géographiquement dispersés ou la planification de la disponibilité des applications selon des plages horaires.

 

De plus, les politiques commerciales d'Infostance et de Tarantella se veulent plus transparentes. Leurs tarifs sont précis, soit 169 euros par utilisateur concurrent (229 euros avec l'équilibrage de charge) chez le premier et 53 euros par utilisateur concurrent chez le second (mais non dégressif) qui a cassé ses prix il y a quelques mois. Chez Citrix, ils sont plutôt flous mais toujours jugés élevés. "Ils dépendent du type et de la taille de l'entreprise ainsi que du distributeur", confirme Rowland Armstrong, se refusant à citer le moindre chiffre. A noter que quel que soit le produit choisi, il faut ajouter la licence Microsoft Terminal Services Client Access, soit près de 100 euros par utilisateur.

 

 

Produit
Editeur
ProtocoleEquilibrage
de charge
Publication d'applications
Windows Server 2003
Microsoft
RDPRéseau Non
Metaframe Presentation ServerCitrixICA ou RDPRéseau et serveursOui
Applidis
Infostance
RDPRéseau et serveursOui
Canaveral iQ
Tarantella
RDPRéseau et serveursOui


 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages