Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Itinéraire d'un utilisateur nomade gâté (suite)

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 24/03/2004 - indexel.net
 

Voici l´itinéraire de Luc Ogier, un commercial imaginaire dont les besoins en applications nomades sont des plus concrets mais aussi des plus banals. Son parcours montre pourtant qu´ils ne sont pas totalement satisfaits par les infrastructures existantes.

 

3. Applications en mode déconnecté

L´entretien s´est bien passé. Luc Ogier doit maintenant parcourir les rayons pour évaluer la concurrence. A la cafétéria du centre commercial, il a constaté qu´aucune connexion, ni GPRS ni Wi-Fi, n´était disponible. Cela n´a guère d´importance puisque les données qu´il va saisir sur son PDA - produits en rayon, situation, prix - seront stockées dans un SGBD embarqué. Leur remontée vers la base marketing centrale sera effectuée dans quelques jours au bureau, lorsque l´appareil sera enfiché dans sa base de synchronisation.

Décryptage : En 2000/2001, on a imaginé que le GPRS rendrait inutile le stockage de données en local. En pratique, les connexions ne sont pas instantanées, pas toujours possibles et les débits restent faibles. Si bien que les applications en mode purement connecté, avec un simple navigateur en guise de client, sont peu ergonomiques. D´autant que les capacités des PDA ont augmenté. L´application idéale fonctionne donc en mode déconnecté mais se synchronise dès que le réseau est disponible. Certaines d´entre elles, comme la saisie sur le terrain, n´ont même jamais besoin de se connecter à distance.

4. Deux ans plus tard : les connexions haut débit sans fil se généralisent

En 2006, lorsque Luc Ogier rentre dans un hôtel ou une grande gare, il a désormais la quasi-certitude de bénéficier d´une connexion haut débit. Cerise sur le gâteau, il n´a plus besoin d´entrer ni identifiant ni mot de passe. La plupart du temps, cette connexion est de type Wi-Fi mais, parfois, le kit signale qu´il accède à l´UMTS. Mi-2005, l´entreprise de Luc Ogier a changé d´opérateur de réseau de données fixe. L´ancien appartenait au même groupe que l´opérateur auprès duquel est souscrit son abonnement GPRS/UMTS/Wi-Fi. Dans un premier temps, les connexions ont perdu en qualité mais trois mois plus tard, tout est rentré dans l´ordre.Décryptage : D´ici fin 2004, le nombre de hot spots quadruplera et les accords de roaming entre opérateurs permettront de se connecter de n´importe où quel que soit l´abonnement souscrit. La couverture totale cumulera ainsi celles d´Orange, Bouygues et SFR, mais aussi de spécialistes des hot spots comme All Telecom. De plus, à partir de 2005, l´UMTS, qui complètera le GPRS, apportera des débits de l´ordre de 150 Kbit/s. Parallèlement, la norme EAP-SIM permettra une authentification unique par la carte SIM, quel que soit le type de réseau. Enfin, des accords entre opérateurs d´infrastructures sans fil et opérateurs de données comme Colt, 9Telecom ou Easynet seront noués. À la clé, la possibilité de tracer un chemin, du terminal à l´intranet de l´entreprise en passant par des liaisons louées ou des réseaux IP dédiés. Bouygues, qui ne possède pas de réseau de données fixe, a d´ailleurs déjà passé de tels accords pour le GPRS. En contournant l´Internet sauvage, on gagnera en qualité de service et dans une moindre mesure en sécurité (car un tunnel IP-Sec est déjà très sûr).

Lire la première partie de l´article

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages