Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE, SUR LE TERRAIN

L'Hôpital de Mâcon contourne les pièges du client léger

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 27/01/2004 - indexel.net
 

Depuis sept ans, l´Hôpital de Mâcon est fidèle à une infrastructure de type client léger. Prochaine étape : un mode purement Intranet avec des navigateurs embarqués dans des terminaux Windows plus sophistiqués. Jean-Christophe Tamboloni, le DSI, commente ses choix.

 

C´est la faiblesse du débit des liaisons louées reliant l´Hôpital de Mâcon à ses neuf sites secondaires qui a incité le service informatique à opter en 1997 pour une technologie de type client léger (les applications clientes sont alors centralisées sur des serveurs et leur interface Windows est déportée vers les postes de travail). Ces sites pourraient ainsi accéder à des applications métier liées aux dossiers patients ainsi qu´à un Intranet, à l´Internet et aux applications bureautiques. "Nous avons effectué des tests qui ont montré que la technologie Metaframe de Citrix ne consommait pas plus de 12 à 14 Kbit/s par poste", se souvient Jean-Christophe Tamboloni , directeur des systèmes d´information. "Windows Terminal Server Edition de Microsoft ne convenait pas car nous voulions faire de l´équilibrage de charge entre plusieurs serveurs", ajoute-t-il.

Reconditionner d'anciens PC : une solution à proscrire


Plutôt que de déployer des terminaux Windows dédiés, l´Hôpital de Mâcon choisit, pour des raisons économiques, de reconditionner d´anciens PC en leur installant le logiciel client fourni par Citrix permettant un dialogue sous protocole ICA (Independant Computing Architecture) avec le serveur Metaframe. La solution fonctionnait correctement mais très rapidement, elle a mobilisé beaucoup de ressources. "Ces PC étant anciens, ils tombaient souvent en panne, ce qui entraînait de nombreuses interventions d´autant plus pénalisantes que le projet ciblait d´abord les sites distants", précise Jean-Christophe Tamboloni (photo). Cette situation devient intenable en 2000.

La migration vers des terminaux dédiés aurait pu résoudre le problème mais elle se heurte à un nouveau besoin : la nécessité de déployer la CPS (carte professionnelle de santé) impose la connexion d´un lecteur qui, même externe, nécessite une modification du firmware du terminal. Wyse n´a pas jugé cet effort rentable, au contraire d´un petit constructeur aujourd´hui disparu dont Neoware a accepté de reprendre la démarche. Parallèlement, les temps de réponse étant meilleurs via ICA que sur des PC hébergeant eux-mêmes l´application, il est décidé d´équiper également le siège. Au total, ce sont quelque 600 terminaux, essentiellement des Neoware Eon 2000 sous Linux, qui seront déployés dans l´Hôpital et sur les sites secondaires de 2001 à aujourd´hui.

Serveurs Metaframe : attention à l'effet de seuil !

La montée en charge a été gérée grâce à l´ajout de serveurs bi et quadriprocesseurs aujourd´hui au nombre de huit. "Un ou deux utilisateurs supplémentaires peuvent provoquer un effondrement des performances. Pour anticiper cet effet de seuil, il faut dans l´idéal installer rapidement un nouveau serveur dès que l´on constate un net ralentissement sur un seul PC", conseille Jean-Christophe Tamboloni.Pour l´instant, l´Intranet et l´Internet sont consultés au travers de navigateurs centralisés sur les serveurs Metaframe. Mais à l´avenir, un Internet Explorer pourrait être embarqué sur des terminaux plus évolués qui tourneraient sous Windows XP Embedded. "Une telle architecture sera intéressante lorsque toutes nos applications seront diffusées en mode HTML et lorsque nous disposerons d´une solution d´authentification centralisée", conclut le DSI.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages