Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Les clés pour bien choisir son onduleur

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 11/01/2012 - indexel.net
 
Choisir-un-onduleur

L'onduleur est un élément de sécurité indispensable du système d’information. Indexel vous donne les clés pour sélectionner un appareil adapté à vos contraintes techniques, mais aussi à votre budget.

 

Lorsqu'ils sont trop répétés, les petits défauts du réseau électrique (sous-tension, surtension, etc.) peuvent endommager les postes de travail et les serveurs de l'entreprise. Sans parler d'une coupure de courant qui peut corrompre des données et faire perdre des jours de travail en quelques minutes. Les serveurs des PME sont encore trop souvent hébergés dans une "salle informatique" dont l'alimentation électrique n'est pas secourue.

Pour éviter ces tracas, il suffit d'installer un onduleur. Il réduit les risques de panne des équipements électriques et donne le temps à l'équipe technique d'intervenir en cas de coupure de courant. Un onduleur a deux rôles distincts : il "redresse" le courant en corrigeant les petites imperfections et il fournit quelques minutes d'autonomie aux équipes techniques en cas de coupure électrique.

On distingue trois types d'onduleurs :

  • Les onduleurs "off line" sont les plus basiques. Ils se contentent de fournir une énergie d'appoint en cas de coupure de courant. Lorsqu'une coupure, une baisse ou une surtension survient, un relais s'ouvre automatiquement afin que la batterie fournisse l'énergie nécessaire. Le réseau électrique recharge les batteries en fonctionnement normal. Ce type d'onduleur filtre partiellement le flux électrique mais ne contrôle pas la tension en sortie.
  • Les onduleurs "line-interactive" sont équipés d'un régulateur qui permet de compenser une brève baisse de tension en injectant de l'énergie issue de la batterie. En cas de coupure totale, il réagit comme un onduleur "off line", le relais bascule sur la batterie.
  • En plus de fournir une source d'énergie d'appoint, les onduleurs "on-line" – appelés aussi parfois "on line double conversion" – redressent en continu l'électricité. Les équipements puisent leur énergie directement dans les batteries de l'onduleur qui délivre un signal complètement corrigé des parasites et autres fluctuations de tension. C'est une solution optimale, mais dont le prix est largement plus élevé que celui des onduleurs off line et line-interactive.

Les onduleurs off line et line-interactive sont surtout intéressants pour protéger des postes de travail ou de petits serveurs non critiques. En revanche, les serveurs et éléments actifs de réseau les plus sensibles doivent être protégés avec un onduleur on-line.

La capacité des onduleurs varie de 250 à plus de 12 000 voltampères (VA) en fonction des équipements informatiques à protéger. Pour dimensionner correctement un onduleur, il faut impérativement connaître la puissance des équipements à protéger. Il suffit pour cela de consulter leur documentation technique et d'y trouver la puissance maximale délivrée par leur alimentation électrique. On peut alors convertir la puissance exprimée en Watts en voltampères (VA) qui est l'unité de mesure de la puissance électrique apparente des onduleurs. Pour dimensionner correctement l'onduleur, la formule est simple : puissance en Watts x 1,6 = puissance en VA de l'onduleur.

Evidemment, plus il y a d'appareils connectés sur l'onduleur et moins son autonomie sera importante. Il peut donc parfois être judicieux de dédier un onduleur à un serveur ou une baie en particulier et de mutualiser les serveurs moins critiques sur un seul autre onduleur.

Les onduleurs se présentent sous trois formats différents : multiprise pour les équipements de bureaux, boîtier pour les équipements de bureau et les serveurs indépendants, ainsi que sous la forme de rack 1U à 6U pour protéger le contenu des baies informatiques.

Les modèles les plus haut de gamme disposent de connecteurs qui permettent d'étendre leur puissance et l'autonomie des batteries facilement. Ils proposent également le remplacement à chaud, sans interruption de service, des batteries.

La plupart des équipements se configurent et s'administrent via un logiciel dédié en se connectant sur un port USB, série (RS232) ou une trappe SNMP. Certains fabricants proposent des fonctionnalités de démarrage séquentiel et de délestage pour protéger et redémarrer en priorité les serveurs les plus critiques. Le délestage permet notamment d'augmenter l'autonomie des batteries de secours.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages