Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Progiciels de gestion en mode SaaS : l'offre se structure

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 21/11/2007 - indexel.net
 
Lci_progiciel_saas

Bien qu'encore disparate, l'offre en progiciels de gestion en mode hébergé pourrait se structurer grâce à l'arrivée de SAP et au dynamisme de l'américain NetSuite.

 

L'événement de l'année sur le marché des progiciels de gestion en mode SaaS (Software as a Service), c'est l'arrivée de SAP en septembre dernier. Il ne doit pas occulter une offre qui, depuis quelques mois, s'est beaucoup enrichie. Au point que désormais, la plupart des progiciels de gestion intégrés (PGI) ciblant les PME adoptent ce modèle, parallèlement à la vente de licences "classiques". Il faut toutefois distinguer les offres prises en charges par les éditeurs eux-mêmes et celles qui sont déléguées à des prestataires tiers. Sachant que ces choix ne sont pas toujours nets et souvent susceptibles d'évoluer rapidement.

 

1. Les éditeurs gérant eux-mêmes leur offre SaaS

 

Ces éditeurs ont profondément remanié leur offre logicielle afin de rendre possible une mutualisation des ressources et de supporter un accès web ergonomique. Ils ont en outre monté leurs propres plates-formes techniques et en assurent la commercialisation. Avec Cegid Business on Demand, Cegid a ainsi décliné en mode SaaS l'ensemble de son offre. "Nous la commercialisons nous-mêmes depuis un an. Mais depuis peu, elle est également revendue par notre réseau de distributeurs", précise Sylvain Moussé (photo), responsable du développement chez Cegid.

 

Quant à SAP Business ByDesign, il repose sur une nouvelle plate-forme logicielle, entièrement conçue pour le mode Saas, avec un spectre fonctionnel comparable à celui de SAP Business One. "Le client construit sa solution en sélectionnant dans un catalogue, non pas des modules fonctionnels mais les processus nécessaires à son entreprise", détaille Ludovic Lapeyre (photo), responsable solutions SAP Business ByDesign chez SAP. De son côté, Microsoft a annoncé son intention d'entrer sur ce marché avec un Navision à la demande.

 

2. Les éditeurs préférant des partenariats forts

 

Certains éditeurs optent pour une stratégie permettant de lancer une offre SaaS sans trop s'investir. C'est par exemple le cas de Divalto qui prépare une plate-forme technique destinée à son réseau de partenaires. Ceux-ci pourront lancer leurs propres offres en se concentrant sur l'aspect service. Coda a pour sa part choisi une voie originale, du moins pour un éditeur de progiciels de gestion, en décidant d'entrer dans l'écosystème de Salesforce. Début 2008, il lancera ainsi une offre Saas entièrement hébergée par la plate-forme Force.com du spécialiste du CRM à la demande et commercialisée via son portail AppExchange. "Cette démarche constituera l'essentiel de notre stratégie SaaS", commente Pierre-Alain Lecointe (photo), directeur général de Coda France.

 

3. Les éditeurs relayés par des spécialistes

 

Generix ou Sage n'ont monté eux-mêmes aucune offre, du moins dans le domaine des progiciels de gestion (Sage ayant à son catalogue une offre SaaS limitée au CRM ou à la paye). Sans passer d'accord particulier avec ces éditeurs, le spécialiste Aspaway a comblé ce vide. Cet acteur propose ainsi des services basés sur l'ERP Generix et sur les principaux progiciels de gestion de Sage. Quant à Prodware, il a déployé un service reposant sur Divalto ainsi qu'une solution d'hébergement des ERP Navision et Axapta de Microsoft, avec toutefois une infrastructure dédiée à chaque client. "Cette segmentation est nécessaire car les progiciels de Microsoft ne sont pas conçus pour une mutualisation des infrastructures", affirme Philippe Bouaziz (photo), PDG de Prodware.

 

4. Un marché français sans pure player

 

Le Salesforce des progiciels de gestion existe et se nomme NetSuite. Ce prestataire américain a construit un ERP à la demande comptant déjà de nombreux clients et autour duquel ont été développées quelques dizaines de solutions tierces ciblant notamment des marchés verticaux. Mais son arrivée dans l'hexagone, qui ne semble pas à l'ordre du jour, nécessiterait un gros effort d'adaptation.

 

Les principaux progiciels de gestion en mode SaaS

 

Offre
Prestataire
Principales fonctions
Tarification (Par mois et par utilisateur)
Cegid Business on Demand
Cegid
Comptabilité, finances, gestion commerciale, GRC et paye.
100 à 300 euros selon modules
Coda sur Force.com
Coda
Début 2008 : gestion commerciale, puis gestion comptable et financière et gestion des fournisseurs.
NC
Divalto on Demand
Prodware
Comptabilité, paye, RH, gestion des achats et des stocks, gestion de la production, relations tiers, décisionnel.
99 euros
Itool EBP Comptabilité (iTool Compta), gestion commerciale (iTool Facto), gestion documentaire (iTool GED).
 9 à 20 euros selon module et nombre d'écritures
Generix en mode Saas Aspaway Comptabilité et finances, gestion commerciale, GRC, gestion logistique, gestion des achats.
Environ 250 euros
Sage Ligne 30 et 100, Intégrale et X3 Enterprise en mode Saas Selon offre : gestion financière et comptable, gestion de production, gestion commerciale.
SAP Business ByDesign SAP Comptabilité et finances, paye, RH, GRC, gestion de la chaîne logistique, gestion de projet, gestion de la conformité.
A partir de 133 euros

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages