Lundi 11 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE, SUR LE TERRAIN

SDSL et dégroupage : trois entreprises témoignent

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 09/09/2003 - indexel.net
 

Avec un débit symétrique garanti atteignant 2 Mbits/s, le SDSL représente le fin du fin en matière de liaison DSL. Mais il est encore nouveau chez France Télécom tandis que chez les autres opérateurs, c´est le dégroupage qui peut effrayer. Trois entreprises respectivement clientes de Easynet, Colt et France Télécom apportent des témoignages plutôt positifs malgré quelques incidents.

 

Sinequanone : SDSL pour l'Internet, fibre pour l'interconnexion de sites

Sinequanone est une société de confection féminine comptant 130 personnes. Jusqu´en 2000, deux liaisons spécialisées (LS) à 2 Mbits/s reliaient ses trois sites (dont deux à Paris et un en banlieue) tandis qu´une liaison identique sortait vers l´Internet. Il y a trois ans, cette dernière fut considérée comme trop coûteuse en comparaison de l´ADSL naissant. Un appel d´offres est lancé auprès de Colt, Cegetel et Easynet qui proposent des connexions ADSL non dégroupées avec un débit de 512 Kbits/s en montant et 2 Mbits/s dans l´autre sens. "C´était un recul acceptable car nous hébergions juste un site Web vitrine et un serveur FTP dédié au partage de petits fichiers avec nos partenaires", se remémore Hang Vang (photo), responsable administration réseau et systèmes.

Le choix se porte sur Easynet jugé plus réactif. Il y a un an, l´opérateur propose pour à peine plus cher de migrer de l´ADSL vers un SDSL dégroupé avec débit garanti de 2 Mbits/s. Coût de cette nouvelle liaison : 500 euros HT par mois tout compris avec routeur, mise en service et installation sur site. "Nous commencions à en avoir besoin car les fichiers transmis gonflaient alors que les usines qui les recevaient n´ouvraient pas davantage les fenêtres de communication", détaille Hang Vang. La migration est réalisée en trois semaines avec un seul incident. "Nous voulions une configuration spéciale liée au chiffrement mais le support technique ne comprenant pas notre problème, nous avons dû contacter un responsable technique", précise Hang Vang qui a d´autre part apprécié la notion d´interlocuteur unique inhérente au dégroupage. En revanche, pour l´interconnexion des sites, pas question de migrer vers le SDSL car les besoins excèdent désormais les 2 Mbits/s. Les deux sites parisiens sont donc récemment passés à des connexions fibre (France Télécom) à 10 Mbits/s.

Nuance du Monde : accès Internet et connexion du PBX

PME comptant une quarantaine de salariés, Nuance du Monde est un tour opérateur qui conçoit et vend des voyages en direct ou au travers d´un réseau d´agences. Celles-ci, ainsi que les particuliers et les employés répartis sur trois sites (Paris, Lyon et Nice) accèdent à des applications Web via l´Internet. Afin d´en garantir la disponibilité, elles sont déployées chez Colt et sur les sites. Il est donc essentiel d´avoir un débit symétrique. Jusqu´en juillet 2002, ce débit était apporté par une LS à 512 Kbits/s. "Le dégroupage nous a amenés à tout remettre à plat, y compris la connexion de notre PBX au réseau public", se souvient Jean-François Roussel, directeur du développement.La conclusion est rapide : le SDSL est plus économique, à la fois pour raccorder le PBX et pour connecter le site parisien à l´Internet (les sites lyonnais et niçois, plus modestes, resteront en ADSL). "A l´époque, France Télécom n´avait pas encore d´offre SDSL, alors que nous avions un partenariat ancien avec Colt dont les tarifs étaient attractifs", raconte Jean-François Roussel. L´opérateur a ainsi installé deux lignes dégroupées SDSL à 2 Mbits/s garantis, l´une pour la voix, l´autre pour les données. "Grâce à un logiciel que nous avons installé, nous avons pu constater qu´en douze mois, l´indisponibilité n´a pas dépassé dix-sept minutes", se réjouit Jean-François Roussel. La suppression de la boucle locale FT a en outre généré une économie de plus de 20 % sur la facture téléphonique.

CWF : accéder à la messagerie à partir de l'Internet

En optant pour une ligne SDSL, la société CWF avait un seul objectif : offrir à ses employés nomades un accès à la messagerie interne à partir de l´Internet (en mode Webmail). Spécialisée dans la conception et la distribution de vêtements pour enfants, cette PME d´un millier de personnes compte des dizaines de commerciaux et graphistes voyageant à travers le monde. "Ils sont amenés à consulter leur messagerie afin de rapatrier des fichiers graphiques qui atteignent parfois des dizaines de méga-octets. Nous avions donc besoin d´un débit montant hors de portée de l´ADSL", explique Médéric Guérin (photo), responsable systèmes et réseaux. L´architecture comprend un serveur Lotus Notes placé au coeur du réseau local et un autre installé dans une DMZ, donc connecté à l´Internet via la ligne SDSL. Pour un coût mensuel de 1000 euros, CWF a choisi un débit symétrique de 512 Kbits/s, censé atteindre 1 Mbit/s en crête. "D´après nos tests, nous avons toujours les 512 Kbits/s mais le Mbit/s est rarement au rendez-vous", regrette un peu Médéric Guérin. Autre accroc : trois semaines de réglage et plusieurs mises à jour de firmwares du routeur ont été nécessaires à France Télécom pour régler des problèmes de déconnexion et de perte de paquets.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages