Lundi 23 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Supervision : Microsoft s'ouvre aux environnements hétérogènes

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 09/04/2008 - indexel.net
 
Lci_microsoft_heterogene

Gérer des environnements Unix, Linux, Oracle ou DB2 depuis Microsoft System Center Operations Manager : c'est possible. Mode d'emploi.

 

Même les entreprises les plus teintées Microsoft n'ont pas un parc entièrement homogène. Rares sont celles qui ne possèdent pas le moindre serveur Linux, Solaris ou AIX, ni aucune base de données ou serveur de messagerie Oracle ou IBM. Et toutes ont déployé un réseau. Dès lors, l'infrastructure de supervision cumule généralement des outils Microsoft, HP, IBM, BMC ou Cisco. Pour centraliser la supervision, il est toujours possible, via des connecteurs optionnels, de faire remonter les alertes les plus significatives vers la console Microsoft mais cela ne réduit en rien la complexité de l'infrastructure sous-jacente. "En 2009, ces connecteurs seront livrés en standard avec System Center Operation Manager", note toutefois Geneviève Koehler, chef de produits System Center chez Microsoft.

Administrer l'ensemble des ressources, même hétérogènes

L'alternative consiste, depuis deux à trois ans, à administrer l'ensemble des ressources, directement à partir de la console Microsoft. En standard, l'éditeur ne propose que des "management packs" ciblant ses propres ressources : Windows Server, SQL Server, Exchange, etc. Pour mémoire, un management pack regroupe un agent et une base de connaissances. "Mais l'architecture de System Center a été prévue dès l'origine pour permettre à des partenaires de proposer d'autres management packs", explique Geneviève Koehler (photo).

Les principaux constructeurs ont exploité cette possibilité pour cibler leurs propres serveurs sous Windows. Mais parallèlement, des éditeurs se sont engouffrés dans la brèche pour commercialiser des management packs adressant des ressources hétérogènes. Il s'agit essentiellement de Quest Software, eXc Software (racheté fin 2007 par Quest) et Jalasoft (distribué en France par PI Services). Il reste que ces solutions s'adressent aux entreprises ayant réalisé un choix stratégique Microsoft. "Nous ciblons celles qui ont au moins 75 % de PC et 40 % de serveurs sous Windows", confirme ainsi Anthony Moillic, directeur technique chez Quest Software.

Quest Software et Jalasoft en première ligne

Jalasoft se distingue de Quest Software par la nécessité d'installer un serveur d'administration (baptisé Xian Network Manager Io) assurant le dialogue avec System Center Operation Manager. "Mais ce serveur peut être déployé sur la même machine physique que celle de System Center", précise Jérôme Beaune (photo), directeur des opérations de PI Services. Cet intégrateur est à la fois distributeur de Jalasoft pour la France et partenaire Quest Software et Microsoft.

Chez Quest Software, deux offres se côtoient. Les Quest Management Extensions permettent une supervision approfondie des systèmes Linux et Unix, ainsi que des principaux SGBD, en tête desquels figurent Oracle et DB2. D'autres management packs permettent pour leur part de gérer, à partir de System Center Configuration Manager (ex-SMS), les configurations des PC et serveurs Macintosh et Linux. Parallèlement, via le rachat récent de l'éditeur xEc Software, Quest propose une gamme de 370 management packs fonctionnant sans agent, les ressources ciblées étant interrogées à distance.

Microsoft commence à s'ouvrir

"Cette offre permet d'assurer, à partir de System Center Operation Manager, une supervision légère de n'importe quel équipement réseau ou PBX, et même de plates-formes comme le BlackBerry Server", affirme Anthony Moillic (photo). L'offre eXc repose actuellement sur une base de données Access dont la réputation en environnement serveur n'est pas des meilleures. "Nous allons la remplacer par le format XML et une base SQL, tout en l'intégrant complètement dans Operation Manager, sans pour autant renoncer à son architecture sans agent", précise Anthony Moillic.

Parallèlement, Microsoft commence à s'ouvrir, sans le filtre de Quest ou Jalasoft, à la supervision d'environnements hétérogènes. Ainsi, Microsoft System Center Virtual Machine Manager supportera bientôt l'administration des machines virtuelles tournant sous les hyperviseurs de Citrix et VMware.

Les principaux outils complétant l'offre de supervision de Microsoft :

Offre
Editeur
Environnements ciblés
Microsoft System Center Operation Manager
Microsoft
Systèmes et applications Microsoft. Autres ressources via les offres de Quest Software et Jalasoft
Quest Management Extensions
Quest Software
Management Packs (avec agent) pour les principaux Unix et Linux, et les principaux SGBD
eXc
Management Packs (sans agent) pour de très nombreuses ressources (réseau, PBX, serveurs de messageries, etc.)
Xian Network Manager Io
Jalasoft
Serveur d'administration assurant le dialogue entre Microsoft System Center Operation Manager et les Smart Management Packs
Smart Management Pack
Management Packs pour la plupart des ressources réseaux

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages