Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Test : un mois d'e-mails avec l'iPhone et le BlackBerry

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Christophe Dupont Elise le 05/12/2007 - indexel.net
 
Lci_iphone_blackberry

Nous avons testé en situation l'iPhone d'Apple face au BlackBerry de RIM. Critère retenu pour un utilisateur professionnel : la gestion des courriers électroniques. Bilan en demi-teinte : le roi de l'e-mail reste le BlackBerry.

 

Durant un mois, nous nous sommes coulés dans la peau d'un utilisateur aux besoins professionnels, désireux d'adopter le dernier né d'Apple. Notre postulat de base était de savoir si malgré l'absence de fonction "Push", l'iPhone (Apple) pouvait rivaliser avec le BlackBerry (RIM) pour une utilisation intensive de la messagerie.

Récupération des comptes e-mails

Par une simple synchronisation avec iTunes, l'iPhone récupère les réglages des comptes e-mails sélectionnés de l'ordinateur Macintosh. Nous choisissons de synchroniser deux comptes e-mail IMAP, à usage professionnel, et un compte .Mac à usage privé. La configuration des comptes est bien plus simple que sur un BlackBerry. En mode BIS (service fourni par l'opérateur), ce dernier exige de se connecter au portail de son opérateur afin de renseigner les informations d'identifiants et de mots de passe auprès de ses divers serveurs de courrier électronique. Il faut ensuite "envoyer l'annuaire de services" (une manipulation simple cependant) au BlackBerry afin que celui-ci soit en mesure de récupérer en push e-mail le courrier électronique (en mode BES le serveur est géré par l'entreprise et le service informatique s'occupe de cela). Avantage iPhone.

Philosophie d'usage du protocole IMAP

La philosophie d'usage du protocole IMAP est très différente entre les deux terminaux. Le BlackBerry ne récupère pas l'arborescence complète des boîtes e-mails présentes sur un serveur IMAP, mais se contente d'en synchroniser le contenu entier dans sa boîte de réception. L'iPhone récupère lui l'intégralité de l'arborescence des dossiers de la boîte de réception. Chacun appréciera en fonction de ses besoins. Cependant, l'iPhone ne gère pas de règles de messagerie : tout e-mail entrant arrive dans la boîte de réception et ne peut être automatiquement dirigé vers les dossiers pré choisis. Le BlackBerry, ne gérant pas les dossiers, n'a pas besoin de règles. Dans les deux cas il s'agit d'un handicap certain pour les adeptes du tri. Pour les autres, peu importe. Match nul.

Certificats auto-signés et connexion sécurisée

À la première connexion aux comptes depuis l'iPhone, le client Mail récupère donc bien l'arborescence des dossiers dépendant de la boîte de réception... mais quasiment aucun e-mail ! Il lui faut plusieurs minutes pour récupérer les 25 messages récents d'un quelconque dossier, quand il y parvient. Pire : ce qui fonctionne à peu près pour un compte IMAP ne fonctionne pas pour le second. Plusieurs essais et synchronisations plus tard, et jusqu'à une réinitialisation du terminal, le problème est localisé : l'iPhone a bien des difficultés à se connecter correctement lorsqu'un certificat auto-signé est utilisé sur le serveur pour une connexion sécurisée. Les protocoles SSL et TLS sont bien supportés, mais incorrectement. Le problème est d'ailleurs référencé dans les forums de support technique d'Apple, où plusieurs utilisateurs font état du même problème. Plutôt qu'une synchronisation, il convient d'entrer manuellement les paramètres en suivant une procédure décrite dans ce fil de discussion.

Le BlackBerry, lui, a toujours supporté naturellement la connexion IMAP SSL / TLS. Avantage BlackBerry.

Ajout d'un second compte IMAP

La lecture et l'envoi d'e-mails se fait alors sans souci, en Wi-Fi comme en Edge. Seulement, nouveau problème : l'ajout d'un second compte IMAP aboutit à des résultats erratiques. Celui-ci ne fonctionne jamais correctement. Il peut éventuellement récupérer parfois des e-mails mais de manière très aléatoire et après des temps de connexion de plusieurs minutes, en Wi-Fi comme en Edge. Là encore, le cas de figure est référencé dans les forums du constructeur.

Il faut reconnaître que ces inconvénients ne concernent que les utilisateurs qui voudraient se connecter à plusieurs comptes IMAP et utiliser des certificats auto signés. Il s'agit néanmoins d'une limite frustrante. Avantage BlackBerry.

En outre, si l'iPhone peut émettre des e-mails depuis le compte principal, il n'accepte en revanche qu'un seul compte par défaut, et donc qu'une seule signature. Le BlackBerry reprend quand à lui à la lettre les configurations des serveurs et donc les signatures et en-têtes de chacun des comptes qu'il synchronise. Avantage BlackBerry.

Synchronisation avec Microsoft Exchange

En conclusion, l'iPhone est réellement utile comme terminal e-mail s'il n'y a qu'un seul compte à synchroniser. Pour les utilisateurs recherchant une gestion multi-comptes IMAP efficace, des connexions sécurisées et des signatures multiples, le terminal d'Apple pourra se révéler frustrant. En tant qu'outil de messagerie nomade, le BlackBerry - dont c'est la spécialité - reste fort logiquement un cran au-dessus. En outre, son association avec un serveur BES offre une connexion et une synchronisation parfaite avec Microsoft Exchange, un atout que nous n'avons pas couvert ici mais qui se révèle également essentiel en usage professionnel.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages