Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Vers la convergence des téléphonies fixe et mobile

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 01/03/2006 - indexel.net
 

Les utilisateurs cumulent aujourd'hui un GSM et un poste fixe, avec deux numéros différents et des services incompatibles. La convergence des téléphonies fixe et mobile gommera progressivement cet effet pervers du succès du GSM.

 

De nombreux salariés possèdent désormais deux téléphones : d'une part un combiné traditionnel, IP, DECT ou parfois Wi-Fi, lorsqu'ils restent dans les murs de l'entreprise, d'autre part un GSM lorsqu'ils sont à l'extérieur. Chacun de ces téléphones possède son propre numéro. De plus, les services - messagerie, transfert d'appels et autres conférences - sont différents et difficilement compatibles. Mais aujourd'hui se dessinent les contours d'une convergence. Elle se fera en plusieurs étapes : au niveau du PBX, des opérateurs et enfin des combinés.

Le PBX gère indifféremment mobiles et fixes

Depuis peu, des constructeurs comme Avaya et Aastra Matra Telecom proposent des fonctions logicielles qui permettent à leur PBX d'intégrer les GSM dans l'infrastructure téléphonique de l'entreprise, et notamment dans son plan de numérotation. Les GSM conservent certes leur numéro en "06" mais celui-ci est masqué, aussi bien pour celui qui reçoit les appels que pour ceux qui les émettent.

"Grâce à un petit logiciel installé sur le mobile, les appels effectués à partir du GSM aboutissent tous sur le PBX, qui les redirige vers le numéro initialement composé", explique Gilles Cordesse (photo), directeur technologie et stratégie EMEA chez Avaya. Quant aux appels entrants, ils sont composés via le numéro fixe, donc reçus sur le PBX. Mais si le téléphone fixe ne répond pas ou si l'utilisateur a spécifié qu'il était absent, le PBX redirige ces appels vers le mobile.

Les opérateurs ébauchent des offres de convergence

"Ces offres fonctionnent bien mais posent de gros problèmes de coûts de communications entre le PBX et les mobiles", explique Jean-Baptiste Pecchi, responsable des lignes d'affaires mobilité chez Niji, une société de services qui cible les entreprises et les opérateurs. Cette limite liée aux coûts est partiellement levée par des offres consistant essentiellement à accorder des remises pour les appels des mobiles vers l'entreprise ou entre mobiles. Il s'agit des offres Mobifixe (Bouygues Télécom), Absolu (SFR) et Business Talk (France Télécom). Cette dernière va plus loin, avec un numéro et une messagerie uniques, tandis que les terminaux restent distincts. Quant à SFR, il nourrit des projets visant purement et simplement à imposer le GSM en tant que technologie principale, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'entreprise (lire notre article SFR et France Télécom, deux stratégies opposées).

Bientôt des téléphones Wi-Fi / GSM

Une véritable offre de convergence avec numéro, combiné et services uniques implique que l'opérateur maîtrise à la fois les réseaux filaire et mobile. C'est le cas de France Télécom et, en principe, celui de tout opérateur de réseau filaire qui, côté mobile, peut devenir opérateur virtuel en louant l'infrastructure de SFR, Orange ou Bouygues Télécom.

"Mais, en France, ces opérateurs virtuels n'ont pas un contrôle suffisant sur le réseau GSM pour proposer une offre de convergence. En revanche, les opérateurs de mobiles, en s'appuyant sur l'IP et les accès xDSL, peuvent aisément contrôler en profondeur les réseaux fixes", affirme Jean-Baptiste Pecchi (photo). De telles offres s'appuieront sur un combiné téléphonique mixte, c'est-à-dire supportant à la fois le Wi-Fi (donc l'IP) et le GSM, comme Motorola et Nokia sont en train d'en annoncer.

Connexion transparente aux différents réseaux

Dans l'entreprise, les communications passeront par l'IP-PBX ou par un Centrex IP. À l'extérieur, elles transiteront par le réseau GSM ou les "hot spots" Wi-Fi. Une technologie baptisée UMA (Unlicensed Mobile Access) rendra transparente pour l'utilisateur la connexion à ces différents réseaux. À noter que ce combiné mixte devra supporter toutes les fonctionnalités de l'IP-PBX ou du Centrex IP et devra être configuré pour dialoguer avec eux, ce qui nécessitera un effort d'adaptation et d'intégration.

De telles offres émergeront vers la fin 2006 en entreprise. Elles s'ébauchent avec l'expérience Beautiful Phone, actuellement menée par Neuf Télécom, qui devrait déboucher sur un service grand public. "Mais les numéros et les services restent différents, donc la convergence se limite au combiné", précise Jean-Baptiste Pecchi. Lancée avant l'arrivé de combinés mixtes GSM / Wi-Fi, cette expérience s'appuie sur un smart phone GSM sous Windows Mobile sur lequel est installé un téléphone logiciel dédié aux communications Wi-Fi.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages